•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fils d’un ministre indien arrêté et accusé de meurtre après une manifestation

Des manifestants autour d'un feu dans la rue.

Des tensions subsistent en Inde une semaine après une manifestation mortelle dans le district de Lakhimpur Kheri. Ici, des activistes brûlent une effigie du premier ministre indien, Narendra Modi, à New Delhi le 9 octobre 2021.

Photo : AFP / SAJJAD HUSSAIN

Agence France-Presse

Le fils d'un ministre indien, accusé de meurtre, a été arrêté, a annoncé dimanche la police, une semaine après la mort de huit personnes lors d'une manifestation d'agriculteurs dans le nord du pays.

Ashish Mishra a été arrêté dans l'Uttar Pradesh samedi soir dans le cadre de l'enquête sur un incident meurtrier survenu début octobre dans le district de Lakhimpur Kheri, dans le nord de cet État, où des agriculteurs manifestaient contre les réformes agricoles du gouvernement.

Selon des agriculteurs, une voiture du convoi, dans laquelle se serait trouvé Ashish Mishra, le fils du ministre des Affaires intérieures Ajay Mishra, a percuté les manifestants et tué quatre d'entre eux.

Les manifestants ont alors mis le feu à plusieurs voitures et quatre autres personnes, parmi lesquelles un chauffeur et un journaliste, ont été tuées, selon les autorités et les médias locaux.

M. Mishra a été arrêté pour non-coopération et réponses vagues lors de l'interrogatoire qui a duré plusieurs heures, a déclaré à la presse l'inspecteur général adjoint de la police, Upendra Kumar Agrawal.

Il comparaîtra lundi devant un tribunal. Ashish Mishra et son père ont nié les accusations portées contre eux.

La Cour suprême de l'Inde avait déclaré vendredi ne pas être satisfaite de l'enquête de police dans le cadre de cette affaire et s'était demandé pourquoi Mishra fils n'avait pas encore été arrêté.

Cet incident est le plus meurtrier depuis le début, en novembre 2020, de la fronde des agriculteurs du nord de l'Inde contre les réformes agricoles du gouvernement.

Réformes controversées

Votées en septembre 2020, elles autorisent les agriculteurs à vendre leurs productions aux acheteurs de leur choix, plutôt que de se tourner exclusivement vers les marchés contrôlés par l'État leur assurant un prix de soutien minimal (PSM) pour certaines denrées.

Depuis la fin novembre, les agriculteurs s'opposent à cette libéralisation du marché et bloquent les routes menant à New Delhi, constituant l'un des plus grands défis auxquels fait face le gouvernement Modi depuis son arrivée au pouvoir en 2014.

Le poids du secteur agricole, qui emploie environ deux tiers des 1,3 milliard d'habitants du pays, est considérable, assurant la subsistance de près de 70 % de la population et contribuant à environ 15 % du PIB.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !