•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bien des Néo-Brunswickois au restaurant pour le repas de l’Action de grâce

Des membres d'une famille, allant des adultes aux plus jeunes, sont attablés ensemble.

La famille LeBlanc a partagé un repas dans un restaurant à Bouctouche à l'occasion de l'Action de grâce.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

De nombreuses familles au Nouveau-Brunswick ont partagé leur repas de l'Action de grâce dans un restaurant cette année, faute de pouvoir se rassembler à la maison.

La famille LeBlanc s'est attablée dimanche au restaurant La Sagouine à Bouctouche, étant donné qu'il leur était impossible de se voir à la maison en raison des mesures coupe-circuit imposées par les autorités provinciales pour freiner la propagation de la COVID-19.

Les LeBlanc tenaient absolument à passer ce moment en famille. C’est triste qu’on ne puisse pas faire ça à la maison. [...] En dehors de la maison, ce n’est pas pareil, tu n’as pas toute la chaleur de la famille, a expliqué l'une des convives.

Je trouve ça bizarre qu’on soit ici, pas de masque. Qu’on soit à la maison en train de déjeuner pas de masque… C’est la même chose pour moi. Je ne vois pas de différence entre les deux, a renchéri un autre.

Après cette Action de grâce célébrée différemment, la famille LeBlanc espère qu'elle pourra se rassembler à la maison plutôt qu'au restaurant pour Noël.

Un environnement plus sûr, selon les autorités

Selon la ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Dorothy Shephard, le fait de rassembler les gens dans des restaurants permet de leur offrir un environnement sécuritaire, où tous sont vaccinés.

Dorothy Shephard interviewée par vidéconférence.

Selon la ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Dorothy Shephard, l'environnement plus contrôlé d'un restaurant est moins propice à la propagation du virus.

Photo : Radio-Canada

Ce n’est toutefois pas l'avis de tout le monde. À Dieppe, Louise Bujold a été témoin de ce qui lui semble être un manque de cohérence dans les restrictions. Lorsqu’elle s’est rendue dans un restaurant à Moncton samedi soir avec six membres de sa famille, la femme qui leur a offert le service n’était pas vaccinée, affirme Mme Bujold.

Une femme au visage couvert d'un masque, dans une cour arrière.

Louise Bujold a appris que l'employée qui a servi le repas à sa famille au restaurant n'était pas vaccinée.

Photo : Radio-Canada

Mme Bujold estime qu'il y a vraisemblablement un problème. Ça soulève la question de l’exposition, souligne-t-elle.

Nous, on prend les moyens. Si j’avais fait le souper chez moi, à accueillir ma famille, on n’aurait pas eu cette crainte-là, car on connaît nos contacts, on sait qu’on prend les moyens pour se protéger.

On pense qu’au restaurant où on va, le personnel est vacciné. Ce n’est pas le cas. La personne nous dit qu’elle a fait un test. Il n'y a pas moyen de vérifier, alors on est tous mêlés avec ces mesures-là.

D'après un reportage de Jérémie Tessier-Vigneault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !