•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Festival de la galette de sarrasin modifie ses pratiques grâce à la pandémie

Des festivaliers font des achats dans les kiosques durant l'événement.

Le Festival de la galette de sarrasin à Louiseville a été bien moins achalandé que par les années passées en raison de la pandémie.

Photo : Radio-Canada

Le Festival de la galette de sarrasin tire à sa fin à Louiseville. Malgré les nombreuses restrictions sanitaires, les organisateurs sont satisfaits de l’événement et ont même changé certaines pratiques.

C’est tout l’arrimage avec la santé publique qui a été beaucoup de travail pour en arriver là où on est en rendus. Ça a bien fonctionné et on est bien contents de nos dix jours [de festival], se réjouit André Auger, président de l’événement.

L'événement avait dû être annulé en 2020. L’événement de cette année s’est toutefois renouvelé sous une formule adaptée aux consignes sanitaires.

« On a eu des félicitations d’avoir au moins osé faire quelque chose. »

— Une citation de  André Auger, président du Festival de la galette de sarrasin

Dans le but de respecter la limite de 3500 personnes, les organisateurs se sont repliés sur un seul site pour les activités du festival, qui peut accueillir près de 200 000 festivaliers lors du défilé. André Auger estime qu’entre 5000 et 6000 personnes ont fréquenté le site durant les dix jours de festivités cette année.

La grosse différence, c’est que les spectacles soient à l’extérieur. Rendu au mois d’octobre, les spectacles… quand tu fais ça à l’extérieur, durant la journée ça a beau être [chaud], mais c’est pas chaud en fin de soirée. On a eu de très bonnes assistances compte tenu de ça, explique-t-il.

Les visiteurs devaient aussi réserver leur billet en ligne avant de se présenter sur les lieux, une nouvelle pratique qui a de bonnes vertus.

C’est une autre manière de travailler qu’on n’avait pas. Je pense que ça devrait rester parce que ça travaille très bien. On est capables de contrôler notre monde ici. On est capables d’avoir plus d’informations. On s’améliore d’année en année et ça a très bien été de ce côté-là, remarque-t-il.

Sans savoir à quoi ressemblera le festival l’an prochain, le président porte déjà son regard vers l’avenir.

Avec l'expérience qu'on a eue cette année, ça nous donne un plan B. Si une année, il y a quelque chose qui ne fonctionne pas pour quelque raison que ce soit, bien on aura toujours l'opportunité de refaire ce qu'on a fait cette année. Avec l'expérience qu'on a eue cette année, ça va être beaucoup plus facile, envisage-t-il.

En raison du plus faible achalandage, moins d’exposants se sont déplacés pour l’occasion. Une trentaine de kiosques ont investi la rue du festival au lieu d’environ 120 commerçants itinérants par les années passées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !