•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Gatinois se mobilisent au sujet du tracé du projet de tramway à Hull

Une pancarte qui indique le nom d'une rue.

Une pancarte indique la rue Millar au parc linéaire qui borde le quartier Val-Tétreau, dans le secteur Hull de Gatineau.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des Gatinois résidant sur les rues Millar et Hadley, dans le quartier Val-Tétreault, se sont alliés afin de faire entendre leurs préoccupations à la Société de transport de l’Outaouais (STO) par rapport au tracé du projet de tramway qui relierait Gatineau à Ottawa.

Ce qui irrite et inquiète principalement les membres de l’Association du quartier Millar-Hadley est le fait que la STO n’a pas encore tenu de consultations publiques en lien avec le tracé, ni d’étude d’impact environnemental, selon la porte-parole Emmanuelle Martel.

Une carte indiquant le tracé privilégié pour le projet de tramway reliant l'ouest de la ville de Gatineau au centre-ville d'Ottawa.

Le tracé privilégié de la boucle entre Aylmer et Ottawa prévoit un passage vers le centre-ville de Gatineau par le boulevard des Allumettières et le boulevard Wilfrid-Lavigne.

Photo : Radio-Canada

Une des craintes qu'on a, c'est par rapport aux inondations , dit-elle, en soulignant qu’enlever des arbres pour le tracé ferait en sorte de fragiliser la barrière végétale naturelle aux événements climatiques extrêmes.

D’ailleurs, le parc linéaire qui borde la rivière des Outaouais, à cet endroit, est un secteur faunique important et aussi une opportunité pour les résidents d’avoir accès à une piste cyclable et à des espaces verts. Il y a énormément de résidents qui passent par ici pour aller au travail à vélo, qui viennent jouer avec leurs enfants. L'été, nous, on va admirer les tortues qui sont sur le bord de l'eau, de la rivière des Outaouais. On va admirer le Grand Héron qui habite ici , illustre Emmanuelle Martel.

Une femme en train d'être interviewé dans un parc.

Emmanuelle Martel, porte-parole de l'Association du quartier Millar-Hadley

Photo : Radio-Canada

Une préoccupation importante des citoyens est l’enjeu de la sécurité. Le tramway va occuper plusieurs mètres et va être collé contre les cours des résidents de la rue Millar. On entend parler des déraillements à Ottawa, donc on se dit que ça peut se passer chez nous aussi , ajoute Mme Martel, en faisant allusion aux récents incidents concernant le train léger sur rail d'OC Transpo.

De plus, les résidents sont d’avis que de séparer le tramway des voies utilisées par les automobilistes dans leur secteur ferait en sorte de continuer à encourager le transport par la voiture.

Même son de cloche du côté de Christine Villeneuve, une autre résidente de la rue Millar. C'est un secteur patrimonial de Hull. Il y a une maison centenaire dans la rue, des arbres matures, etc. C'est sûr que le tracé, sachant qu'il y aurait un train toutes les trois à cinq minutes, ce serait la fin d'une qualité de vie quoi , explique-t-elle.

Une femme en train d'être interviewé.

Christine Villeneuve, résidente de la rue Millar à Gatineau.

Photo : Radio-Canada

C'est difficile, parce qu’on veut avantager les familles à Hull, mais ça enlève de la sécurité pour les enfants, des avantages pour les familles. Je ne sais pas comment la Ville voit ça, mais c'est dommage , ajoute Mme Villeneuve.

Manque de communication avec la STO

Les résidents des rues Millar et Hadley déplorent que la STO ne les a toujours pas consultés sur le tracé du tramway, sachant pourtant que les trains passeraient très près de leurs résidences.

La STO a communiqué avec nous pour dire que le tracé choisi était le tracé optimal. Ils étaient plus intéressés par les mesures d’atténuation que notre opinion sur le caractère du tracé. Ils nous ont vraiment mis devant le fait accompli et il n’y avait pas vraiment place à la discussion , soutient Emmanuelle Martel.

« J'ai vraiment espoir qu'ils vont entendre ce qu'on a à dire. »

— Une citation de  Emmanuelle Martel, porte-parole de l'Association du quartier Millar-Hadley

Ils ne nous consultent pas. C'est faux de dire qu'ils nous consultent. On a déjà eu quelques présentations de la STO, mais ce ne sont pas des consultations ajoute Christine Villeneuve, résidente de la rue Millar.

Une voie ferrée avec des feuilles mortes en automne.

La voie ferrée qui sera utilisée par le projet de tramway à Gatineau

Photo : Radio-Canada

Emmanuelle Martel tient à préciser que les résidents de l’association ne sont pas contre les projets de transport en commun, mais qu’ils souhaitent que les choses se fassent correctement, notamment avec un processus de consultation rigoureux.

Dans une déclaration écrite, la STO rappelle que le tracé présentement mis de l'avant n'est pas final et que des consultations citoyennes auront lieu à partir de 2022. La société assure vouloir poursuivre le dialogue avec les résidents du quartier Val-Tétreault. La STO en est au début de ses études d'impact environnemental, qui serviront à valider le tracé définitif, ajoute-t-elle.

Réactions des candidats à la mairie de Gatineau

La candidate à la mairie d'Action Gatineau, Maude Marquis-Bissonnette, approuve la démarche de la STO. Elle explique que le projet en est encore à ses débuts et qu’il devrait y avoir une étude d’impact environnemental et des audiences publiques. Selon elle, il reste beaucoup de travail à faire et elle souhaite prendre en compte les préoccupations des citoyens.

De son côté, la candidate indépendante France Bélisle estime qu’il faut « continuer à réfléchir sur le modèle, la gouvernance, l’impact économique et social de cette solution de transport ». Elle souhaite que la STO entende les préoccupations des citoyens, notamment ceux du secteur des rues Millar et Hadley.

Des cyclistes sur un pont.

Des cyclistes sur la piste cyclable qui longe le quartier Val-Tétreau à Hull

Photo : Radio-Canada

« Ce que je demanderais à la STO, c'est qu'ils nous proposent un nouveau trajet pour diminuer l'impact sur les écosystèmes », dit pour sa part le candidat indépendant Jacques Lemay. Selon lui, le tramway pourrait passer directement sur le boulevard Alexandre-Taché.

Le candidat indépendant Rémi Bergeron est opposé au projet. Il prône davantage l’utilisation d’une flotte de minibus et de taxibus électriques. « Je ne crois pas que ce soit un projet coûts-bénéfice rentable », explique-t-il. « On essaie tout simplement, à la STO, de ne pas nous dire les vraies choses. C'est déplorable, car c'est une compagnie d'État. Ils ne répondent pas à nos questions, ils pourraient au moins le faire pour les citoyens de la rue Millar. Ça passe dans leur cour arrière. »

Le candidat indépendant Jean-François Leblanc souligne son intention, s’il est élu, de faire de vraies consultations avec ces citoyens-là. Je pense qu'il faut toujours écouter les citoyens, mais si le financement est permis, il va falloir qu’il passe quelque part : c’est soit derrière Millar ou sur [Alexandre-Taché]. Ce sera quelque chose à évaluer quand on aura le financement du gouvernement fédéral, qui n'est pas confirmé, commente-t-il.

Les coûts des travaux du projet de tramway sont estimés, à cette étape du projet, entre 3 et 4 milliards de dollars.

Les travaux devraient se réaliser sur un horizon de 8 à 10 ans. Le réseau pourrait être opérationnel d’ici 2031.

Avec les informations de Catherine Morasse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !