•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Iran : crainte d’une aggravation des pannes de courant à cause des cryptomonnaies

Des voitures attendent à une intersection.

L'extraction de cryptomonnaies avait déjà contribué, entre autres facteurs, à saturer le mauvais réseau électrique iranien, causant des pannes de courant comme aux feux de circulation de cette intersection, en mai.

Photo : AFP / ATTA KENARE

Agence France-Presse

Les opérations de minage de cryptomonnaies en Iran risquent de causer de nouvelles coupures de courant cet hiver, s'est alarmée dimanche la compagnie publique de distribution d'électricité.

Après avoir interdit en mai l'extraction de cryptomonnaies, les autorités ont de nouveau autorisé à la mi-septembre cette pratique énergivore qui avait contribué, entre autres facteurs, à saturer cet été le mauvais réseau électrique iranien.

La compagnie publique de distribution d'électricité redoute désormais qu'au moins 10 % des pannes d'électricité de cet hiver soient causées par l'utilisation des machines illégales de minage.

Le pays a été marqué cet été par des coupures de courant à répétition, dont 20 % étaient causées par les machines de cryptomonnaies illégales, rappelle la compagnie dans un communiqué.

Ces pannes avaient suscité la colère de la population au moment où les températures dépassaient par endroits les 50 degrés, poussant la police à mener plusieurs opérations contre les mineurs clandestins accusés de gaspiller l'énergie.

L'Iran est l'un des premiers pays à avoir légalisé le minage de bitcoins en septembre 2018, à condition que ceux qui en fabriquent obtiennent une autorisation des autorités.

Une pièce de monnaie marquée du logo du Bitcoin.

Les Iraniens échangent quotidiennement de manière informelle environ 700 bitcoins, selon un rapport parlementaire.

Photo : Getty Images / Edward Smith

Les Iraniens échangent quotidiennement de manière informelle environ 700 bitcoins, selon un rapport parlementaire, qui précise que sur les 324 000 bitcoins minés annuellement dans le monde, 19 500 le sont dans la République islamique.

Les transferts de cryptomonnaies sont un moyen pour l'Iran d'atténuer les effets des sanctions américaines qui étouffent son économie, selon des responsables.

Alléchées par les tarifs avantageux de l'électricité, plusieurs entreprises étrangères se sont ruées en Iran, venant de Chine, de Russie, d'Allemagne ou encore d'Australie, et avaient été autorisées à extraire des bitcoins. Aujourd'hui, seules des compagnies chinoises continuent l'extraction.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !