•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un fonds albertain géré par des femmes veut s’aventurer dans le domaine agroalimentaire

Une femme dans un bureau regarde par une grande fenêtre.

Le nom du fonds est inspiré du fait que les femmes représentent 51% de la population.

Photo : Getty Images / PeopleImages

La Presse canadienne

Les femmes qui se lancent dans le milieu des affaires doivent souvent relever des défis auxquels les hommes ne sont pas confrontés. Les appuyer financièrement est une des missions que s'est données The51, un fonds de capital-risque établi en Alberta qui vise à exploiter la force du féminisme financier.

Le fonds, ainsi nommé parce que les femmes représentent 51 % de la population, vise à démocratiser l'accès au capital pour elles.

Katie Wilson a reçu l'aide de The51 pour fonder sa propre entreprise.

J'étais enceinte quand j'ai amassé des fonds pour lancer mon entreprise. Je ne l'ai dit à aucun de mes investisseurs. Quand je leur ai appris, parce que j'ai dû accoucher plus tôt que prévu, ils m'ont appuyé, raconte-t-elle. Le fait de ne pas l'avoir dit plus tôt est révélateur. Une partie de moi pensait que cela pourrait nuire à mes chances de convaincre des investisseurs.

Même écho chez Bethany Deshpande qui a fondé SomaDetect, une entreprise agrotechnologique établie à Halifax ayant bénéficié d'un investissement de The51.

La collecte de fonds est vraiment un défi pour tout le monde, mais il ne fait aucun doute que les femmes doivent affronter une autre forme de défi que les hommes n'ont peut-être pas à relever, avance-t-elle.

Le fonds The51 a été fondé l'an dernier par trois femmes de Calgary, Shelley Kuipers, Alice Reimer et Judy Fairburn, qui cumulent plusieurs années d'expérience dans le milieu des affaires.

La première campagne de souscription de 9 millions de The51 a été fermée plus tôt cette année. Quelque 90% des sommes investies venaient de capitaux détenus par des femmes. Du presque jamais vu au Canada selon Judy Fairburn, qui siège au conseil d'administration de plusieurs grandes sociétés énergétiques et technologiques. Pourtant, il n'existe pas de bonne raison pour que ce soit le cas, croit-elle.

Mme Fairburn mentionne des données du secteur de l'investissement qui prévoient que 65% de la richesse au pays sera détenue par des femmes d'ici 2030. Malgré cela, elles demeurent sous-représentées dans les sociétés de capital-risque, dans les conseils d'administration et dans l'espace d'investissement des jeunes pousses.

Beaucoup de nous investisseuses déplorent que si leurs conjoints sont conviés à s'impliquer dans une jeune pousse, elles ne sont pas invitées à la même table, souligne Mme Fairburn.

Agroalimentaire

The51 recherche activement des investisseurs pour sa deuxième campagne de souscription qui mettra spécifiquement l'accent sur des entreprises dirigées par des femmes dans les secteurs de l'alimentation et de l'agriculture.

Selon les fondatrices de The51, ces secteurs offrent des occasions économiques sans précédent. En 2018, Statistique Canada indiquait que le secteur agricole générait 143 millions $ et représentait 7,4% du PIB du Canada.

Ces secteurs pourraient poursuivre leur croissance en raison de l'augmentation de la population mondiale et les changements climatiques qui soulèvent la question de la sécurité alimentaire. La technologie agroalimentaire est un marché qui pourrait atteindre 8000 milliards $ en 2025.

Le visage de l'agriculture est en train de changer. Selon Statistique Canada, les femmes représentent le tiers des exploitants agricoles âgés de 35 à 54 ans. Des femmes sont présentes dans tous les secteurs de la technologie agroalimentaire.

Une étude réalisée en 2015 par le Conseil canadien des ressources humaines en agriculture révélait pourtant que 95 % des femmes impliquées dans le secteur disaient être confrontées à des obstacles importants.

Le secteur se diversifie rapidement, pas le capital. Nous essayons donc de fournir cette diversité de capitaux, dit Mme Kuipers. Nous essayons vraiment de trouver ces entrepreneures qui innovent vraiment dans ce secteur, et qui ne reçoivent pas de financement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !