•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une école qui voit double

Emily Preston se touche la joue, son frère, lui se cache la bouche, l'air surpris.

Emily Preston et son frère sont en troisième année.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

À l’échelle mondiale, des chercheurs estiment que le taux de jumeaux par accouchement s'établit à 12 sur 1000. Dans l'école de la petite ville de Sicamous, en Colombie-Britannique, ils sont surreprésentés. Rencontre avec ces enfants presque identiques, qui font parler d'eux dans la communauté.

Aurora et Logan font partie des six paires de jumeaux de l’école primaire Parkview de Sicamous. Inséparables, ils partagent la même classe de première année et se connaissent comme les doigts de la main.

La mauvaise chose, c'est qu'on se bat beaucoup, dit Logan. Lorsque sa soeur répond qu'ils ne se battent pas beaucoup, il renchérit que c'est le cas parfois.

Aurora et Logan Dawson se prennent dans les bras.

Aurora et Logan Dawson sont en première année à l'école primaire Parkview.

Photo : Radio-Canada

Dans l’école Parkview, on recense des jumeaux dans presque chaque niveau, de la première à la sixième année. Sur 205 élèves, la directrice de l’école Carla Schneider comptabilise 6 paires, soit l'équivalent de 1 élève sur 17. On a l'impression que c'est une anomalie, soutient-elle.

En plus de 25 ans de carrière, je n’ai jamais vu ça.

Une citation de :Clara Schneider, directrice de l'école primaire Parkview

Selon une étude publiée plus tôt cette année par Oxford, il n'y a jamais eu autant de naissances de jumeaux dans le monde.

Ailleurs sur le web:

L'étude révèle que depuis les années 1980 le taux mondial d'accouchements de jumeaux a augmenté d'un tiers, passant de 9,1 à 12,0 pour 1000 accouchements. 

Pour Kate Osmundson, qui est en quatrième année, avoir un jumeau représente la chance d'avoir un confident et quelqu’un sur lequel on peut toujours compter. Elle considère sa jumelle Reese comme sa meilleure amie.

Pour d’autres, c’est plutôt une relation d’amour-haine qui, avec le temps, s’est développée.

Cody et Levi Clark auraient espéré ne pas être dans la même classe cette année. Ils sont catégoriques sur les mauvais côtés d'avoir un jumeau.

[La pire chose, c'est de] ressembler à quelqu’un d’aussi moche que lui.

Une citation de :Cody Clarke, 6e année

Sur ce point, son frère acquiesce : Je déteste lui ressembler aussi.

Lui, c’est Dillon et moi je suis Justin, se présentent deux autres enfants. Je peux parler pour moi, rétorque son frère d'emblée. Jumeaux identiques, ils déplorent que leurs amis les confondent souvent, mais ils en ont pris l’habitude avec le temps.

Emily Preston fait un bisou sur la joue de son frère.

Emily et Nathan Preston se chamaillent souvent.

Photo : Radio-Canada

Emily Preston, de son côté, sait comment remonter le moral de son frère Nathan. Même si lui ne lui montre pas toujours son amour, elle le soutient toujours : elle est même prête à lui donner un baiser en échange de coups.

Avec les informations de Brady Strachan

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !