•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un arboriculteur rimouskois dénonce l’abattage d'un peuplier centenaire

un grand arbre en arrière d'un stationnement.

L'arbre en question est un immense peuplier centenaire.

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Radio-Canada

La réglementation sur la coupe d'arbres soulève toujours autant de questions à Rimouski, alors qu'un arbre centenaire, un peuplier, s'apprête à être abattu. Un arboriculteur de la région dénonce la situation.

L'arbre en question est situé aux Villas de l'Évêché, en plein cœur de Rimouski. Il est enraciné dans la cour, près du stationnement, et est l'un des plus grands et des plus vieux arbres de la région.

L'abattage de l'arbre est prévu pour cette semaine. Le peuplier figure même sur une photo, présentée sur un panneau historique installé près de la résidence.

L'élagueur Jean-François Girard dénonce la volonté des propriétaires des Villas de l’Évêché d’abattre l’arbre. Selon lui, le peuplier est toujours en bonne santé.

Jean-François Girard fixe la camera dans une allée bordée d'arbres.

Jean-François Girard est élagueur

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

C'est un arbre que j'ai déjà expertisé, que je suis déjà allé voir, et il est absolument sain. C’est un arbre d'environ 100 centimères de diamètre. Ça m'apparaît insensé de l'abattre, surtout qu'on a très peu d'arbres de cette envergure à Rimouski, plaide M. Girard.

Un choix plus qu'une nécessité

Selon l’une des propriétaires des Villas de l'Évêché, Marie-Josée Collin, la décision d’abattre le peuplier est un choix plus qu'une nécessité.

Une branche de l’arbre est dangereuse, et il est plus économique de l'abattre que d’élaguer la branche problématique, affirme Mme Collin.

La Ville de Rimouski a autorisé l’abattage de l’arbre, mais a refusé de nous accorder une entrevue à ce sujet, nous renvoyant plutôt au règlement municipal.

Selon Jean-François Girard, dans ce cas-ci, la Ville a accordé un permis de coupe de manière inconsidérée.

Ce n’est pas une question de danger parce que l'arbre n'est pas dangereux. Des fois, on dit qu'une grosse branche est tombée; c'est parce que l'arbre n'a pas été élagué. [...] C'est sûr qu'il peut y avoir des branches qui tombent parce que les arbres ne sont pas entretenus, indique l’élagueur, qui croit que plus de citoyens devraient s’informer sur l’entretien des grands arbres.

Pour autoriser la coupe d’un arbre, la Ville réclame un plan indiquant l’emplacement de l’arbre et des photos démontrant le problème engendré celui-ci. Selon les cas, la Ville peut aussi demander un rapport d’ingénieur forestier ou d’un arboriculteur certifié.

Avec les informations de Sophie Martin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !