•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Denis Coderre promet de recouvrir le boulevard Décarie et l’autoroute Ville-Marie

M. Coderre parle devant un micro. On aperçoit le maire de l'arrondissement, Lionel Perez, et candidat de son parti derrière lui.

Denis Coderre était dans Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce dimanche lors de son annonce.

Photo : Radio-Canada

Le chef d’Ensemble Montréal, Denis Coderre, promet de recouvrir complètement les « cicatrices urbaines » que sont le boulevard Décarie et l’autoroute Ville-Marie s’il est élu maire aux élections municipales de novembre.

Il a évoqué dimanche en conférence de presse une première phase, dans l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, pour recouvrir le boulevard Décarie entre les chemins Queen-Mary et Côte-Sainte-Catherine.

La phase deux du recouvrement de l’autoroute Ville-Marie devrait pour sa part englober un tronçon allant de la rue Sanguinet au boulevard Saint-Laurent. Déjà en 2016-2017, pendant le mandat de Denis Coderre à la mairie, les 125 mètres de l’autoroute séparant les rues Sanguinet et Hôtel-de-Ville avaient été dissimulés.

Si ces deux projets sont mis en branle, les Montréalais devront cependant s’armer de patience avant de les voir aboutir. Ça va prendre un certain temps évidemment, a indiqué Denis Coderre, qui prévoit que les quatre années d’un mandat seront nécessaires pour planifier le projet.

« Dans les premières années, on va faire un concours de design, l’étude de faisabilité, les esquisses, une consultation publique. Pour le premier mandat, on va mettre la table. »

— Une citation de  Denis Coderre, candidat à la mairie de Montréal

En plus de recouvrir ces voies passantes pour diminuer la pollution auditive et visuelle, Ensemble Montréal songe également à se réapproprier l’espace en réduisant à deux les voies qui bordent chaque côté du boulevard Décarie et en aménageant un parc urbain verdoyant dans le secteur.

De plus, la plus grande place publique de Montréal, d’une superficie potentielle de quatre hectares, serait créée dans Ville-Marie.

Le coût du premier projet est évalué à au moins 700 millions de dollars. Le deuxième, à 400 millions de dollars. Ensemble Montréal espère qu'ils seront financés par Québec à travers le Plan québécois des infrastructures.

Le recouvrement de l'autoroute Ville-Marie est également un premier pas vers l’agrandissement du Palais des congrès, avance Denis Coderre, qui assure que ce dernier est nécessaire, Montréal étant la première place dans le monde pour les congrès.

M. Coderre a également des plans pour le prolongement du boulevard Cavendish et pour le réaménagement du site de l’ancien hippodrome Blue Bonnets.

Cette annonce a rapidement fait réagir Projet Montréal, qui dit s’engager de son côté à profiter des grands projets qui sont déjà sur la table pour corriger des cicatrices urbaines, comme la réfection de l’autoroute métropolitaine et l’agrandissement du Palais des congrès.

Dans un courriel envoyé à Radio-Canada, l’attachée de presse du parti de Valérie Plante soutient également que le projet de développement de l’hippodrome va aussi nous permettre d'étudier un projet pilote quant au recouvrement de l’autoroute Décarie.

Montréal, métropole française

Par ailleurs, questionné par une journaliste sur ce qu’il pensait du projet de loi 96 et de ses conséquences sur les travailleurs de Montréal, Denis Coderre a explicitement pris parti pour une métropole française.

Cela apporte de la valeur à la ville, et c’est une question de diversité. […] La francisation est un atout. Paris est une ville française et c'est une mégapole, a-t-il commenté.

Il a souligné que Montréal continuerait à offrir les services essentiels en anglais, ajoutant qu’il était possible d’utiliser des outils de traduction pour d’autres besoins.

Comme aux Nations unies. Ils disposent de nombreuses plateformes pour remplir leur mission, a cité en exemple le candidat à la mairie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !