•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les dépanneurs ontariens reviennent à la charge au sujet de la vente d’alcool

Des réfrigérateurs remplis de bière dans un commerce.

Les dépanneurs ontariens réclament à nouveau le droit de vendre des boissons alcoolisées.

Photo : CBC / Ben Nelms

Radio-Canada

Le Conseil canadien de l’industrie des dépanneurs demande au gouvernement Ford de permettre aux dépanneurs de la province de vendre des boissons alcoolisées produites en Ontario.

Les magasins de la Régie des alcools de l’Ontario (LCBO) et les succursales de la chaîne Beer Store avaient jusqu’en 2015 le quasi-monopole sur la vente d’alcool dans la province.

Le gouvernement libéral précédent a autorisé la vente de bière et de cidre dans un nombre limité d'épiceries. Le vin ontarien s’est ajouté par la suite dans certains de ces commerces.

Aujourd’hui, 450 épiceries vendent de la bière et du cidre, dont 150 qui sont aussi autorisés à vendre du vin. Depuis le début de la pandémie, le gouvernement Ford a aussi autorisé les restaurants et les bars à livrer ou à vendre de l’alcool à emporter.

Mais les dépanneurs sont toujours exclus.

C’est un peu ironique quand on pense que la bière artisanale ontarienne peut être vendue dans les dépanneurs au Québec, mais pas en Ontario , déplore Michel Gadbois, vice-président, Conseil canadien de l’industrie des dépanneurs.

L’association fait valoir qu’il y a 8500 dépanneurs en Ontario et que ceux-ci pourraient permettre aux consommateurs de se procurer plus facilement de l’alcool et aux producteurs locaux de vendre plus facilement leurs produits.

Tim McLaughlin, de la brasserie Steam Whistle, souligne que les règles se sont déjà assouplies, pour la vente de bière, au cours de la pandémie.

Les brasseries ont commencé à vendre en ligne; beaucoup d’entre elles en Ontario vendent directement aux consommateurs à partir de leur site web.

Créée il y a des décennies, la chaîne des Beer Stores, propriété d’un consortium de grosses compagnies, contrôlait une grande part du marché de la vente de bière.

Ses parts de marché s’effritent toutefois et le gouvernement Ford avait signifié, avant la pandémie, son intention de modifier l’entente qui la liait à la province. L’affaire n’est toujours pas réglée.

Avec les informations de Stella Dupuy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !