•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : les troubles anxieux et dépressifs ont explosé dans le monde

Profil en noir d'un homme assis sur une chaise et qui a le front appuyé dans sa main.

Les femmes et les jeunes sont particulièrement touchés.

Photo : iStock

Reuters

La pandémie de COVID-19 a entraîné une progression spectaculaire des troubles anxieux et dépressifs majeurs dans le monde, en particulier chez les femmes et les jeunes, montre une étude publiée vendredi dans la revue The Lancet.

Les jeunes ont été affectés par les fermetures d'écoles qui les ont éloignés de leurs camarades, tandis que de nombreuses femmes ont dû prendre en charge les tâches ménagères et composer avec un risque accru de violences conjugales, indiquent les chercheurs.

L'étude, menée par des chercheurs de l'Université australienne du Queensland, a recensé 76 millions de cas supplémentaires de troubles anxieux et 53 millions de cas supplémentaires de troubles dépressifs majeurs avec la propagation du virus en 2020 et les confinements qu'elle a entraînés dans de multiples pays.

Malheureusement, pour de nombreuses raisons, les femmes ont toujours été plus susceptibles d'être touchées par les conséquences sociales et économiques de la pandémie.

Une citation de :Alize Ferrari, coauteure de l'étude

Les responsabilités supplémentaires en matière de soins et de ménage ont tendance à incomber aux femmes, qui sont en outre plus susceptibles d'être victimes de violences domestiques. Celles-ci ont d'ailleurs augmenté à différents stades de la pandémie, a-t-elle estimé.

Les fermetures d'écoles et autres restrictions limitent la capacité des jeunes à apprendre et à interagir avec leurs pairs, ajoute-t-elle.

La recherche a porté sur 48 études antérieures menées dans le monde entier et a agrégé leurs résultats afin de quantifier la prévalence des troubles mentaux dans 204 pays et territoires en 2020, ce qui en fait, selon ses auteurs, le premier aperçu mondial de la charge que représentent les troubles dépressifs et anxieux pendant la pandémie.

L'étude estime à 28 % l'augmentation du nombre de cas de troubles dépressifs majeurs, soit 246 millions, contre 193 millions si la crise de la COVID-19 n'avait pas eu lieu.

Les cas présumés de troubles anxieux sont en hausse de 26 %, soit 374 millions, contre 298 millions hors COVID-19.

Les auteurs de l'étude soulignent le manque de données fiables au sujet de l'impact de la pandémie sur la santé mentale dans de nombreux pays pauvres, ajoutant que les estimations extrapolées pour ces pays doivent être interprétées avec prudence.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !