•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les restaurants ontariens frustrés que les restrictions demeurent en place

Une famille mange dans un restaurant asiatique.

Les restaurants ne sont pas limités à un certain pourcentage de leur capacité d'accueil, mais la distanciation de deux mètres doit y être possible.

Photo : CBC / Evan Mitsui

Radio-Canada

Le regroupement Restaurants Canada est « extrêmement déçu » que le gouvernement de l'Ontario ait choisi de lever les limites de capacité dans certains lieux, mais pas pour l'industrie de la restauration.

Dans un communiqué publié vendredi, l'association nationale à but non lucratif représentant l'industrie canadienne de la restauration et des services alimentaires dit qu'elle ne comprend pas pourquoi l'industrie alimentaire continue d'être montrée du doigt par le gouvernement de l'Ontario.

Vendredi, le gouvernement ontarien a annoncé que de nombreux établissements et installations où la vaccination est obligatoire, comme les salles de concert et les stades, pourraient faire salle comble à partir de minuit.

Les assouplissements annoncés ne s’appliquaient toutefois pas à certains commerces, comme les restaurants et les salles d’entraînement.

Les restaurants, contrairement aux salles de spectacle ou aux stades, par exemple, n’avaient pas à limiter à 50 % le nombre de clients par rapport à la capacité d’accueil prépandémie. Toutefois, ils devaient – et doivent toujours – s’assurer que la distanciation physique était maintenue. Dans la pratique, cela limite le nombre de clients qui peuvent être servis.

Des partisans encouragent les Blue Jays lors d'un match.

Tous les sièges dans les installations où la preuve de vaccination est exigée, comme le Centre Rogers, peuvent être occupés.

Photo : CBC / Evan Tsuyoshi Mitsui

Restaurants Canada ne comprend pas que 20 000 partisans puissent s'entasser dans un stade et crier, alors que les restaurants doivent toujours respecter la distanciation physique.

L'association affirme que le secteur de la restauration a été le premier à être fermé au début de la crise de la COVID-19, a subi les fermetures les plus longues et les mesures les plus strictes tout au long de la pandémie.

Elle demande à la province de lever immédiatement toutes les restrictions supplémentaires imposées au secteur et de fournir une aide pour reconnaître le coût de la mise en oeuvre du programme de passeport vaccinal.

Une porte-parole de la ministre de la Santé, Alexandra Hilkene, rappelle que les restaurants représentent un risque accru de transmission parce que les gens sont à l’intérieur pour une période relativement longue sans porter de masque à partir du moment où ils sont attablés.

Le Dr Kieran Moore, médecin hygiéniste de l'Ontario, descend l'escalier à Queen's Park.

Le Dr Kieran Moore, médecin hygiéniste de l'Ontario

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Le médecin hygiéniste de l’Ontario va continuer de surveiller les données, écrit-elle. Il déterminera quand il sera possible d’éliminer les restrictions dans les autres lieux où la vaccination est obligatoire.

Les cours de conditionnement physique et les séances d’entraînement individuel représentent aussi un risque accru quand les gens ne portent pas leur masque pendant qu’ils font de l’exercice, ajoute la porte-parole.

Avec les informations de La Presse canadienne et de CBC

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !