•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les nombreux travaux au centre-ville d’Edmonton frustrent les commerçants

Aréna Rogers Place avec des grues en arrière-plan.

Les projets de la Ville d'Edmonton sont à 90 % dans les cibles budgétaires et 80 % d’entre eux sont dans les temps, selon son directeur adjoint des services intégrés, Adam Laughlin.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un total de 273 projets de construction ont reçu le feu vert du conseil municipal d’Edmonton, mais ce programme d'immobilisations laisse de nombreux commerçants du centre-ville frustrés ou isolés.

C’est arrivé à un point où les gens ne pouvaient même pas conduire près du restaurant, se souvient le copropriétaire du restaurant Sabor, Chris Mena. Il fallait se stationner à un pâté de maisons plus loin pour ensuite marcher, car tout était bloqué.

Le restaurateur se souvient à peine d'un moment où son établissement a pu profiter d’accalmie depuis son ouverture en 2008.

Chris Mena a fermé sa terrasse extérieure plus tôt cet été en raison de la proximité des travaux de maintenance de route ou de l’ajout d’une ligne du train léger. La pandémie a aussi eu son mot à dire sur l’affluence des clients, et ces deux facteurs ont mené à la fermeture de son commerce pendant la journée.

Le centre-ville autrefois animé par plus de 60 000 travailleurs n’est qu’une fraction de lui-même, soulève le propriétaire de restaurants, et les multiples détours et fermetures de rues découragent les piétons et les automobilistes.

Des plaintes récurrentes

L'Association des commerçants du centre-ville d’Edmonton entend ce type de plaintes toutes les semaines. Sa directrice générale, Puneeta McBryan, indique que le problème le plus frustrant rencontré par les commerces est la mise en place de ces projets.  

Les impacts de la construction sont paralysants pour plusieurs entreprises, insiste-t-elle. [Leurs conséquences] sont presque comiques en ce moment. Si ce n'était pas si contrariant et triste, ce serait hilarant.

Puneeta McBryan attribue la survie de nombreux commerces du centre-ville aux subventions d'urgence au loyer et aux salaires accordés par le gouvernement fédéral. Sans cela, elle estime que ces multiples difficultés n'auraient pas permis à beaucoup d'entreprises de rester à flot.

Je suis un peu bouche bée de constater que la Ville et ses partenaires pensent à ce que les commerces sont supposés faire pour surmonter cette situation, admet-elle. 

7 milliards de dollars de travaux

Les projets de construction, d’embellissement ou de travaux routiers représentent plus de 7 milliards de dollars, souligne le directeur adjoint des services intégrés de la Ville d’Edmonton, Adam Laughlin. 

Ce programme est un des programmes d’immobilisation les plus ambitieux jamais vus dans la ville, fait-il savoir. 

Coordonner 7 milliards de dollars de projets avec plusieurs paliers de gouvernement vient sans aucun doute avec son lot de défis et de chevauchements, dit-il : Il y a une stratégie dans la planification de ces projets afin de minimiser leur impact [sur les commerces], mais la construction n’est pas une science exacte.

Avec les informations de Min Dhariwal

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !