•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet Montréal promet 50 % de plus de véhicules en libre-service en 4 ans

Des voitures destinées au service d'autopartage.

Des voitures destinées au service d'autopartage.

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Radio-Canada

S’il est reconduit aux commandes de la Ville, le parti de la mairesse sortante Valérie Plante, Projet Montréal, promet de rendre les véhicules en libre-service (VLS) plus accessibles en augmentant leur nombre de « 50 % en quatre ans ».

Dans un communiqué rendu public samedi, le parti affirme qu'il y arrivera grâce à des incitatifs financiers concrets.

Il s’engage à faire passer le coût du permis pour une voiture d’autopartage électrique de 300 $ à 1 $, pour un VLS hybride de 835 $ à 225 $, et pour un VLS à essence de 835 $ à 600 $.

Mme Plante pense que ces incitatifs favoriseront le choix de l’autopartage auprès d’un plus grand nombre de familles, d’employés, et d’étudiants.

Le nombre de places de stationnement pour les détenteurs de VLS ne sera pas en reste. Des tarifs préférentiels seront offerts dans le but d’attirer plus de clients.

En diminuant considérablement le prix des vignettes de stationnement, on favorise le déploiement des voitures en libre-service dans tous les arrondissements, notamment les secteurs de Lachine, Lasalle et L’Île-des-Sœurs qui ne sont pas desservis actuellement, poursuit Valérie Plante.

Qualifiant le VLS d’option de mobilité essentielle, la mairesse sortante souligne que chaque véhicule en libre-service permet de retirer 5 à 11 véhicules de la route.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !