•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : la fête de l’Action de grâce va-t-elle aggraver la situation?

Une dinde cuisinée avec des pommes dans une assiette.

L'Action de grâce amènera encore une fois des craintes autour des rassemblements entre famille et amis. (archives)

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada

L'Autorité de la santé de la Saskatchewan (SHA) aurait souhaité avoir une réduction de la taille des rassemblements en famille et entre amis lors de la fin de semaine de l’Action de grâce.

La SHA le souhaitait pour les rassemblements privés et les rassemblements publics.

C’est ce qui a été évoqué jeudi soir dans la présentation hebdomadaire aux professionnels de la santé.

Selon des membres de la SHA, les équipes qui font la recherche des contacts des cas confirmés de COVID-19 sont complètement surchargées.

La principale cause de la gravité de la situation actuelle, dans la province, est le rassemblement, dans des endroits privés, de personnes non vaccinées.

Selon eux, les festivités de l'Action de grâce ne vont qu'aggraver la situation.

Prolifération des cas?

Des experts dans le domaine de la santé craignent aussi une prolifération des cas de COVID-19 après les rassemblements du long week-end.

Ils auraient aimé que la province, qui a annoncé hier la mise sur pied du Centre provincial des opérations d’urgence, prenne des mesures supplémentaires.

C'est là qu'on risque d'avoir des non-vaccinés avec des vaccinés, des grands-parents avec les enfants. Les enfants sont quand même un vecteur. Ils sont moins affectés, mais peuvent être quand même des porteurs sains, explique Yannick Tremblay, chargé de cours et bactériologiste à l'Université de la Saskatchewan. Ces situations, dit-il, augmentent les risques de transmission.

La présidente du syndicat des infirmières de la Saskatchewan, Tracy Zambory, rappelle de son côté que certains patients, faute de place dans les soins intensifs, ne peuvent recevoir des soins adéquats.

Avec les informations de Grégory Wilson et Noémie Rondeau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !