•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les États-Unis accepteront les étrangers ayant reçu les vaccins autorisés par l’OMS

Une volontaire teste le potentiel vaccin chinois Sinovac à Sao Paulo.

Des pays ont fait pression sur l’administration Biden pour qu’elle accepte les vaccins approuvés par l’OMS.

Photo : Reuters / SAO PAULO STATE GOVERNMENT

Radio-Canada

Les États-Unis accepteront désormais les visiteurs internationaux qui ont reçu les vaccins contre la COVID-19 autorisés par les régulateurs américains ou l'Organisation mondiale de la santé (OMS), ont annoncé vendredi soir les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC).

Le 20 septembre, la Maison-Blanche avait déjà annoncé que les États-Unis lèveraient en novembre les restrictions de voyage pour les passagers aériens de 33 pays, dont la Chine, l'Inde, le Brésil et la plupart des pays d'Europe, qui sont entièrement vaccinés contre la COVID-19. Les autorités américaines n’avaient pas précisé alors quels vaccins seraient acceptés.

Une porte-parole des CDC a annoncé vendredi à Reuters que six vaccins autorisés ou approuvés par la [FDA] ou répertoriés pour une utilisation d'urgence par l'OMS répondront aux critères de voyage aux États-Unis.

Vendredi soir, les CDC ont indiqué que plus tôt cette semaine, pour les aider à préparer leurs systèmes, nous avons informé les compagnies aériennes sur les vaccins qui seraient acceptés et que les CDC publieront des conseils et des informations supplémentaires au fur et à mesure que les exigences de voyage seront finalisées.

Airlines For America, un groupe commercial représentant American Airlines Co, Delta Air Lines, United Airlines et d'autres, s'est dit satisfait de la décision des CDC d'approuver une liste de vaccinations autorisées pour les voyageurs entrant aux États-Unis. Nous sommes impatients de travailler avec l'administration pour mettre en œuvre ce nouveau cadre mondial de vaccins et de tests d'ici début novembre 2021.

Pression

Certains pays ont fait pression sur l'administration Biden pour qu'elle accepte les vaccins approuvés par l'OMS, car les vaccins autorisés par la FDA ne sont pas largement utilisés dans tous les pays.

Ainsi, les États-Unis admettront les voyageurs aériens entièrement vaccinés des 26 pays de la zone Schengen en Europe ainsi que de la Grande-Bretagne, de l'Irlande, de la Chine, de l'Inde, de l'Afrique du Sud, de l'Iran et du Brésil. Les restrictions américaines sans précédent ont interdit la plupart des citoyens non américains qui se trouvaient dans ces pays au cours des 14 derniers jours.

Les nouvelles exigences en matière de vaccin contre la COVID-19 s'appliqueront désormais à presque tous les ressortissants étrangers se rendant aux États-Unis, y compris ceux qui ne sont pas soumis aux restrictions précédentes.

Les CDC doivent encore finaliser et publier de nouvelles règles de traçage des contacts pour les visiteurs internationaux, qu'ils ont envoyées à la Maison-Blanche pour examen le 15 septembre.

Ils doivent également détailler les règles pour les exceptions, qui incluent les enfants non encore admissibles à la vaccination, ainsi que pour les visiteurs en provenance de pays où les vaccins ne sont pas largement accessibles.

L'administration doit également décider d'admettre les visiteurs dans le cadre des essais cliniques COVID-19 ou ceux qui ont récemment contracté la maladie et qui ne sont pas encore admissibles à la vaccination.

L’Organisation mondiale de la santé a autorisé pour une utilisation d’urgence les vaccins suivants : Pfizer (États-Unis), AstraZeneca (Grande-Bretagne–Inde), Janssen (États-Unis), Moderna (États-Unis), Sinopharm (Chine) et Sinovac (Chine).

Avec les informations de Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !