•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Jardin des Vétérans prône l’hortithérapie

Un homme pose dans un champ de radis.

Dan Fortin Côté est l’instigateur du projet-pilote Le Jardin des Vétérans.

Photo : Radio-Canada / Johanie Bilodeau

Johanie Bilodeau

« Quand je suis sorti des Forces armées canadiennes, je pensais que j'étais un soldat fini. » Au printemps dernier, Dan Fortin Côté a pris sa retraite de l’armée après quinze années de service. Déjà, le Saguenéen avait entre les mains le plan d’affaires d’un projet qui lui permettrait d’aider ses confrères, celui du Jardin des Vétérans.

Offrir un lieu où les vétérans peuvent bénéficier de l’hortithérapie, voilà l’objectif de l’organisme sans but lucratif. Non reconnue au Québec, bien qu’elle le soit ailleurs au Canada, la thérapie par l’horticulture vise à offrir une aide aux personnes souffrant de problèmes de santé mentale et physique.

Il y a quelques années, j’ai été malade, confie Dan Fortin Côté. En tant que vétéran, j’ai vécu certaines difficultés. [...] J’ai réalisé que travailler la terre, chez moi, dans mon jardin, enlevait mon anxiété et me permettait de mieux me sentir.

Riche de sa propre expérience, l’ancien militaire a voulu partager les bienfaits de l’hortithérapie avec d’autres vétérans, en ajoutant à la vocation du Jardin de Summer, situé sur le rang Saint-Joseph à Chicoutimi.

Tu plantes quelque chose, tu le vois pousser, tu l’entretiens, tu le récoltes, énumère Dan Fortin Côté. C’est bon pour la confiance en soi et pour la santé mentale. Ça peut aussi te permettre d’évacuer tout ton mal-être.

Un champ de légumes.

L’heure est aux récoltes pour le Jardin des Vétérans.

Photo : Radio-Canada / Johanie Bilodeau

Une offre complémentaire

Pour Fabrice Octeau, coordonnateur de soutien aux pairs au sein des Forces armées canadiennes, le Jardin des Vétérans est une offre complémentaire à la leur. S’ajoutera à leurs activités ce projet de jardin qui permettra aux vétérans d’utiliser leurs cinq sens, de sortir de leur isolement et de socialiser.

Être avec nos frères d'armes, c’est ça qui nous manque le plus. Et d’être capable de socialiser sans se sentir jugés.

Une citation de :Fabrice Octeau

Déjà, les vétérans avec qui Fabrice Octeau a été en contact démontrent un intérêt pour ce nouveau projet.

On a beaucoup d’orgueil quand on est dans les Forces, ajoute celui qui est lui-même vétéran. On apprend à être fort. D’aller chercher de l’aide, de ne plus être la personne qu’on était avant la blessure, ça rend encore plus orgueilleux. Des projets comme ça, moi, ça m’aide.

Un champ de légumes avec des choux-fleurs.

Le Jardin des Vétérans offre une aide complémentaire aux thérapies.

Photo : Radio-Canada / Johanie Bilodeau

Des bienfaits pour les vétérans

Quand on était dans l’armée, on était des travailleurs d’équipe. C’est fondamental pour un soldat, rappelle Maxime Pinard, vétéran et cofondateur du Jardin des Vétérans. Pour lui, il va de soi que ce projet ravive l’esprit d’équipe des militaires à la retraite.

Ça donne le goût de participer au projet, de s’impliquer et d’apporter, soutient Maxime Pinard. Moi, c’est ce que je veux.

Diana Côté, militaire active, croit, quant à elle, que ce projet pilote a une portée salvatrice. Quand je finis de travailler, je viens aider Dan, affirme-t-elle. On dirait que la fatigue de ma journée tombe. L’odeur des légumes, le vent sur sa peau, la nature, voilà tant d’éléments magiques qui charment la militaire.

En attendant que son projet soit officialisé, Dan Fortin Côté continue à bâtir son projet. Ses efforts paient : il compte maintenant l’appui de la Fédération québécoise des vétérans, notamment.

Si on peut aider une personne, ce sera une personne de plus qu’on pourra aider. Et si ça peut permettre d’ouvrir des portes à d’autres types d'alternatives thérapeutiques, pourquoi pas?, conclut Dan Fortin Côté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !