•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination des femmes enceintes : Dougald Lamont dénonce des propos de Shelly Glover

La rédactrice en chef de La Liberté a confirmé que la citation de Shelly Glover avait été coupée par erreur.

Une femme enceinte tient un masque rose pour se protéger de la COVID-19, contre son ventre.

Le vaccin contre la COVID-19 ne pose pas de risque pour les femmes enceintes, selon les professionnels de la santé.

Photo : Shutterstock

Radio-Canada

Le chef du Parti libéral du Manitoba Dougald Lamont condamne des propos de la candidate à la chefferie du Parti progressiste-conservateur, Shelly Glover, concernant la vaccination des femmes enceintes. Il juge que ces propos « dangereux » auraient dû justifier un « retrait » de sa candidature à la direction du parti.

Shelly Glover se défend et affirme que ses commentaires ont été cités hors contexte dans une entrevue qu'elle a accordée avant que la province mette la touche finale à son plan d'obliger les travailleurs de la santé à se faire vacciner ou à subir des tests fréquents.

Dans un article publié le 6 octobre dans le journal La Liberté, Mme Glover s’est dite préoccupée par l’imposition de la vaccination obligatoire au personnel de la santé. S'ils ne sont pas complètement vaccinés, les employés devront subir des tests de dépistage fréquents contre la COVID-19.

Je ne crois pas qu’on devrait enlever [aux professionnels de la santé] leurs emplois. Je vous donne l’exemple d’une infirmière qui est enceinte. Son médecin lui a dit qu’elle ne devrait pas prendre de vaccin, car elle peut avoir des complications avec son bébé. C’est une infirmière qui a travaillé fort pendant la pandémie et puis on lui dit ''écoute, vous prenez le vaccin ou nous allons vous tester trois fois par semaine'', a-t-elle déclaré.

Un homme, portant un veston bleu foncé et une chemise blanche, et des lunettes, assis devant une grande bannière aux couleurs rouges du Parti libéral du Manitoba.

Dougald Lamont est le chef du Parti libéral du Manitoba

Photo : Radio-Canada / Ron Boileau

Vendredi, après la période des questions au palais législatif, le chef libéral Dougald Lamont a dénoncé ce commentaire. Il est, dit-il, à l’opposé de ce que les experts médicaux évoquent.

C’est le genre de déclaration irresponsable, non informée et imprudente qui met des vies en danger. Les femmes enceintes courent un risque plus élevé de complications graves si elles contractent la COVID-19. L’avis médical, c’est qu’elles devraient se faire vacciner, a-t-il souligné.

La responsable du groupe de travail sur la campagne de vaccination contre la COVID-19, Dre Joss Reimer a affirmé à maintes reprises que les complications liées à la COVID-19 dépassent de loin les risques associés à la vaccination, y compris chez les femmes enceintes. En juin, Mme Reimer a répondu à des préoccupations du public concernant le lien entre la vaccination et la santé reproductive des femmes, lors d’une conférence de presse hebdomadaire.

Glover se dit citée hors contexte

Shelly Glover affirme avoir fait ses commentaires lors d’une entrevue à La Liberté le 14 septembre dernier, avant d’appuyer pleinement le plan de la province qui exige la vaccination ou le dépistage des travailleurs de la santé.

La rédactrice en chef du journal, Sophie Gaulin, a confirmé que la citation a été coupée par erreur, enlevant une précision selon laquelle l'infirmière en question a un problème d'ADN. Le journal s'est excusé (Nouvelle fenêtre) par la suite.

Lors du lancement de sa campagne, le 10 septembre, elle s’opposait à cette politique. Elle dit avoir changé d'idée le 24 septembre, après que la province eut confirmé que les employés non vaccinés subiront des tests rapides, et non des tests PCR dont les résultats sont connus après plus de 24 heures.

La candidate dit que Dougald Lamont a été induit en erreur.

Un photomontage représentant Heather Stefanson et Shelly Glover.

Heather Stefanson (à gauche) et Shelly Glover (à droite) sont les deux candidates officielles de la course à la direction du Parti progressiste-conservateur du Manitoba.

Photo : Radio-Canada

Dans un communiqué, un responsable de la campagne de sa rivale Heather Stefanson soutient que la députée de Tuxedo écoute les professionnels de la santé depuis le premier jour et continuera de fonder ses politiques de santé sur la science.

Les membres du Parti progressiste-conservateur choisiront leur nouvelle cheffe, Shelly Glover ou Heather Stefanson, le 30 octobre.

La candidate élue remplacera le premier ministre intérimaire Kelvin Goertzen, qui a pris le poste à la suite de la démission de Brian Pallister.

Avec les informations de Bartley Kives

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !