•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination obligatoire : les foyers promettent le maintien des services en français

La dégradation des services en français sera-t-elle un effet collatéral de la nouvelle politique de vaccination obligatoire dans les foyers de soins de longue durée?

Une infirmière passe devant un panneau qui fait la promotion de la vaccination au foyer des soins Villa Columbo de Toronto.

Le taux de vaccination du personnel des centres de soins de longue durée est insuffisant, selon la province.

Photo : CBC / Evan Mitsui

Des foyers de soins de longue durée de la province ne craignent pas la pénurie de personnel francophone à la suite de l'entrée en vigueur de la nouvelle politique de vaccination obligatoire du gouvernement Ford. Or, à l'approche de la date butoir du 15 novembre, le scepticisme demeure chez les aînés franco-ontariens.

Au Foyer Richelieu, à Welland, quatre employés assignés au service de buanderie ou à la cuisine n'ont toujours reçu aucune dose du vaccin. Ces travailleurs ne sont cependant pas en contact direct avec les résidents, ce qui facilite les choses pour le directeur du foyer, Sean Keays. Les remplacer ne représentera pas un casse-tête logistique.

Nous, on est bénis, on a la réserve. Des gens qui sont sur appel et à temps partiel qui peuvent prendre la relève immédiatement. Ça n'affectera aucunement notre foyer.

Une citation de :Sean Keays, directeur, Foyer Richelieu à Welland

La direction du foyer espère encore convaincre ses employés récalcitrants d'ici la date limite, mais ils seront envoyés en congé sans solde si leur refus persiste.

L'entrée d'un foyer de soins de longue durée.

Le Foyer Richelieu est situé à Welland dans la région de Niagara.

Photo : Sean Keays

Sean Keays appuie la décision du gouvernement Ford de forcer le personnel et les bénévoles dans les foyers de soins à se faire vacciner. Une nécessité, selon lui, pour protéger les résidents vulnérables. Il admet cependant que la nouvelle directive pourrait provoquer des pénuries de personnel à certains endroits. J'ai des amis dans la province qui gèrent des foyers exceptionnels et qui ont peut-être moins de 50 % de leur personnel qui sont vaccinés [...] Ça, ça me donne des préoccupations. Qu'est-ce qui va arriver? Est-ce qu'on va avoir besoin de fermer des pavillons, par exemple?

Qu'est-ce qui va arriver? Est-ce qu'on va avoir besoin de fermer des pavillons, par exemple?

Une citation de :Sean Keays, directeur, Foyer Richelieu à Welland

Le Manoir des Pionniers de Sudbury ne prévoit pas non plus de perturbations majeures dans les opérations quotidiennes après la date limite du 15 novembre. La direction du foyer de 433 lits, dont environ 30 % sont occupés par des francophones, considère être dans une bonne position comparativement à d'autres établissements ailleurs en Ontario.

Une chambre, avec un lit au milieu, au Manoir des pionniers de Sudbury.

Une chambre au Manoir des Pionniers de Sudbury.

Photo : CBC / Sam Juric

Reste qu'en date du 7 octobre, 16 % des employés du Manoir des Pionniers n'avaient toujours pas reçu une seule dose du vaccin. La responsable des services et du soutien aux résidents, Andrée Quesnel, assure cependant que certains des employés non vaccinés ont déjà pris des rendez-vous. Les membres du personnel ont jusqu'au 22 octobre pour communiquer leur intention de se faire vacciner ou non, ce qui permettra à la direction de déterminer les prochaines étapes.

Notre porte est toujours ouverte pour leur parler et il y en a déjà qui ont des rendez-vous pour se faire vacciner.

Une citation de :Andrée Quesnel, responsable des soins et du soutien aux résidents, Manoir des Pionniers

Le ministère des Soins de longue durée a promis qu'il épaulerait les foyers aux prises avec de grands problèmes de main-d'œuvre grâce à des équipes mobiles déployées, au besoin, dans les établissements qui font face à une pénurie importante. Il s'agit d'un des outils mis de l'avant par le ministre Rod Phillips pour atténuer les contrecoups de l'obligation de vaccination.

Des résidents d'un centre de soins de longue durée attendent dans leur fauteuil roulant.

Selon le ministre Rod Phillips, les employés non vaccinés ou incomplètement vaccinés sont à la source de plusieurs éclosions.

Photo : CBC / Steve Bruce

Or, la qualité des services offerts par ces équipes mobiles pourrait être à géométrie variable, selon certains acteurs du milieu. Les équipes du ministère sauront-elles répondre aux spécificités de chaque foyer, notamment la dimension linguistique?

Est-ce qu'ils [les travailleurs temporaires] seront francophones? Ça peut affecter notre désignation comme foyer francophone. Est-ce qu'on peut livrer nos promesses dans ce coin-là?, se demande Sean Keays. Ces équipes volantes devront aussi s'adapter à la culture différente dans chaque foyer.

Les foyers qui ont des valeurs linguistiques et culturelles, qui vont devoir rentrer ces équipes-là. Ça va être un défi, c'est certain.

Une citation de :Sean Keays, directeur, Foyer Richelieu à Welland

Même s'il peut perdre jusqu'à 16 % de ses employés, le Manoir des Pionniers affirme déjà qu'il n'aura pas besoin de recouvrir aux équipes mobiles du ministère pour faire face à la pénurie de personnel.

Même confiance à Toronto et Ottawa

Dans les dix foyers exploités par la Ville de Toronto, les employés non vaccinés seront suspendus sans salaire pour une période de six semaines. Les travailleurs qui continueront de refuser le vaccin une fois leur suspension terminée perdront définitivement leur emploi.

La nouvelle politique pourrait ici aussi causer des casse-têtes opérationnels, mais la Ville assure que tous les services seront maintenus, et ce, même au foyer Bendale Acres, qui est désigné en vertu de la Loi sur les services en français. Les résidents ne souffriront pas d'une rupture des services en français, indique la Ville. L'équipe de direction a un plan d'urgence pour s'assurer que les résidents francophones vivant au Pavillon Omer Deslauriers à Bendale Acres recevront des soins dans la langue de leur choix, explique une porte-parole de la Ville dans une déclaration écrite.

Photo d'un bâtiment en briques brunes.

Le foyer Bendale Acres est situé dans le quartier Scarborough à Toronto.

Photo : CBC/Linda Ward

Le foyerBendale Acres offre des services en français sur un étage de 35 lits, dans le Pavillon Omer Deslauriers. Actuellement, 24 résidents sont francophones.

Le scénario est similaire au foyer Madonna Care Living d'Orléans, où seuls quatre employés n'ont toujours pas remonté leur manche. Puisque la très grande majorité du personnel (96 %) est déjà doublement vaccinée, la direction peut assurer aux résidents et à leurs familles que cette politique n'aura pas d'impact sur leurs soins ou sur notre capacité à fournir des services en français, souligne une porte-parole de l'établissement.

Scepticisme chez les aînés

La Fédération des aînés et des retraités francophones de l'Ontario (FARFO) est d'avis que l'obligation de vaccination aurait pu arriver plus tôt dans les foyers. La Fédération se dit soulagée de l'arrivée de la nouvelle politique vaccinale, même si on admet qu'elle pourrait exacerber les pénuries de personnel francophone dans certaines régions.

Il pourrait y avoir un impact sur les services en français, c'est évident.

Une citation de :Michel Tremblay, directeur général, FARFO

Le directeur général de la FARFO, Michel Tremblay, ne cache pas son inquiétude devant le risque que certains résidents ne soient plus nécessairement servis dans la langue de leur choix. [L'obligation] pourrait causer des problèmes, mais encore là, est-ce que ça va être un problème temporaire?, se demande Michel Tremblay.

La FARFO rappelle que les fournisseurs de soins ont la responsabilité prendre les mesures nécessaires pour remplir leurs obligations linguistiques. Chose certaine, la Fédération s'engage à garder l'œil ouvert après le 15 novembre.

Si ça ne fonctionne pas, on va en entendre parler, prévient Michel Tremblay.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !