•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : les contaminations en baisse, la 4e vague ralentit au pays

La tendance épidémiologique s'avère bien plus encourageante que le scénario anticipé en septembre.

Des gens dans un parc, en automne, portant le masque.

Les dernières données de modélisation fédérales offrent de bonnes raisons d'être optimiste pour les semaines à venir.

Photo : Reuters / Yves Herman

Radio-Canada

Les nouveaux cas de COVID-19 affichent une tendance à la baisse pour la première fois depuis des mois. Cette amélioration pourrait même faire décliner la quatrième vague au cours des prochaines semaines, a annoncé avec optimisme l’administratrice en chef de la santé publique du Canada. Une situation inattendue qui défie largement les projections du mois de septembre.

Au cours de la dernière semaine écoulée, le Canada a enregistré une moyenne de 3745 nouveaux cas de COVID-19 par jour. C'est moins de la moitié des quelque 8000 nouvelles infections par jour prévues par une modélisation datant de septembre, a déclaré la Dre Theresa Tam.

Sur le front de la pandémie, ce n'est pas la seule bonne nouvelle. Le taux de reproduction (Rt) du virus est aussi passé sous 1 pour la première fois depuis la mi-juillet, a ajouté la Dre Tam. Cela signifie que le nombre d'individus infectés par une personne atteinte du coronavirus est en décroissance.

Le Rt vient tout juste de passer sous la barre de 1 à l'échelle nationale et peut encore être égal ou supérieur à 1 dans certaines régions, a précisé Theresa Tam. Pour maîtriser la pandémie, il faut que le Rt reste constamment inférieur à 1.

Dans l'ensemble, les efforts déployés donnent des raisons d'être optimistes, a assuré la numéro un de la santé publique...mais à certaines conditions. La quatrième vague pourrait décliner au cours des prochaines semaines si les faibles taux de transmission, la campagne de vaccination et les mesures de santé publique se maintiennent, a-t-elle prévenu.

Cette tendance inattendue des contaminations à la baisse prouve bien que la vaccination généralisée et les mesures de santé publique permettent de maîtriser la pandémie, et ce, malgré la propagation du variant Delta, plus contagieux.

Plus de 80 % des personnes admissibles à la vaccination ont désormais reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19.

Les maladies graves liées à la COVID-19 demeurent toutefois problématiques. Sur 41 549 cas présentement actifs de COVID-19 au Canada, 2514 personnes sont hospitalisées, dont 769 aux soins intensifs.

Disparités provinciales

L'administratrice en chef a également mentionné que les provinces des Prairies présentent des taux de contamination plus élevés et des taux de vaccination plus faibles.

En Saskatchewan et en Alberta, par exemple, 75 % des personnes de 12 ans et plus sont entièrement vaccinées – un taux bien plus faible que dans les autres provinces.

« Au cours du mois écoulé, nous avons tiré de dures leçons là où les mesures ont été assouplies trop ou trop tôt, et surtout là où la couverture vaccinale reste faible. »

— Une citation de  Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada

Selon les données recueillies, le nombre de nouveaux cas est 10 fois plus élevé et le taux de maladies graves est 36 fois plus élevé chez les personnes non vaccinées.

En outre, les taux de vaccination sont beaucoup plus faibles chez les jeunes, ce qui laisse un vide important en matière de protection, a averti la Dre Tam. Dans la tranche d'âge des 18-29 ans, 72 % seulement ont reçu deux doses de vaccin.

Précautions de circonstance

Comme à l'approche de toutes les fêtes en période de pandémie, Theresa Tam a exhorté les Canadiens à continuer de suivre les directives et les mesures de santé publique locales pendant le long congé de l'Action de grâce.

Par le passé, nous avons constaté des poussées de cas après ces événements de vacances, a déclaré Mme Tam. Cette année, avec le vaccin à bord, je pense que nous devrions être sur une meilleure base, plus solide.

Le Dr Njoo, responsable adjoint de la santé publique, a recommandé de limiter les événements aux membres de la famille immédiate, idéalement vaccinés.

S'ils choisissent de ne pas se faire vacciner, c'est leur choix, mais il y a des conséquences, même en matière de dynamique familiale [...]

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !