•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une vidange de fosse septique qui dérange

Un couple des Laurentides fait vidanger l’installation septique de sa maison tous les deux ans. En 2019 et 2021, des problèmes surgissent, mais le fournisseur est catégorique : le travail a été exécuté correctement.

Les deux couvercles de la fosse septique sont ouverts.

La fosse septique du couple Gariépy-Morest leur a causé bien des soucis.

Photo : Radio-Canada / Martin Brunette

Comme un million de Québécois, Micheline Gariépy et Guy Morest sont propriétaires d’une maison de Val-David qui n’est pas reliée à un système d’égout municipal. Respectueux de la Loi sur la qualité de l’environnement, ils font vidanger leur installation septique tous les deux ans.

C’est l’entreprise Sani-Nord qui effectue les vidanges de leur installation. En 2019, un problème survient.

Guy Morest raconte l’événement : Le tuyau avait bloqué de la maison au réservoir septique. Et puis c'était une urgence, parce que ça avait débordé dans la maison.

En 2021, ils entendent un bouillonnement dans les toilettes. Ce n'était pas encore le moment de vider le réservoir. Néanmoins, leur fournisseur se déplace pour ce faire.

Une semaine après la vidange effectuée par le technicien de Sani-Nord, les Gariépy-Morest sont inquiets. Ils soulèvent les couvercles de la fosse septique et constatent qu’il y a des boues et de l'écume à la surface, ce qui est anormal.

Dans le règlement sur l’évacuation et le traitement des eaux usées des maisons isolées du ministère de l’Environnement du Québec, il est écrit qu’à la suite d’une vidange, on doit, comme au moment de la mise en service initiale, remplir la fosse d’eau claire.

C'était une eau noire, souillée, ce n’était pas une belle eau claire, raconte Guy Morest. Alors, je lui [le technicien de Sani-Nord] ai demandé : "C'est quoi que tu mets dans ce réservoir-là?" Il a dit : "On fait toujours ça, on rajoute toujours de l'eau [...] à cause des bactéries". Pour moi, c'est normal parce que le système fonctionne avec des bactéries.

Micheline Gariépy enchaîne : Ils connaissent ça. C'est leur travail. Alors, on leur fait confiance. Mais le lendemain, tout en en parlant, on s'est mis à douter.

Guy Morest et Micheline Gariépy assis à leur patio par une belle journée d'été.

Guy Morest et Micheline Gariépy déplorent la difficulté de trouver des renseignements justes au sujet de la vidange des fosses septiques.

Photo : Radio-Canada / Michel Riverin

Des vérifications

Ils décident alors d’appeler plusieurs entreprises de vidange afin de savoir s'il est normal que de l’eau noire soit remise dans leur fosse.

Des compagnies me répondaient que non, ce n’est vraiment pas normal. D'autres compagnies me disaient oui, c'est normal, c'est correct. Alors, où est le vrai? Où est le faux dans tout cela?

Une citation de :Micheline Gariépy

Dans leurs recherches, ils ont appris qu’il existe deux types de vidanges possibles. Il y a la totale, où l’on vide carrément la fosse et on la remplit d’eau. Et il y a la sélective. L’eau de la fosse septique est prélevée, séparée des boues et de l'écume dans le camion spécialisé, puis renvoyée dans la fosse.

Christian Valois, président de l’entreprise Monsieur Vide-tout, explique le procédé : La première partie de la vidange sélective, c'est la récolte de l'eau. La deuxième séquence, c'est le ramassage des boues et de l'écume. Le troisième temps, c'est la filtration, où l'eau qui a été prise au début va être filtrée et renvoyée dans la fosse septique.

Mais l’eau ne sera pas nécessairement claire. C'est un peu le principe du jus d'orange avec pulpe et sans pulpe. On va remettre du jus d'orange d'une couleur teintée orange, mais sans la pulpe. Ce qui est important, c'est de ne pas avoir de particules. Il ne faut pas qu'il y ait de boue, affirme Christian Valois.

Mais il y en avait chez les Gariépy-Morest à la suite de la vidange sélective effectuée par Sani-Nord.

L'entreprise nie toute responsabilité

Raphael Lapointe devant un camion de l'entreprise Sani-Nord.

Raphael Lapointe est le directeur général de Sani-Nord.

Photo : Radio-Canada / Martin Brunette

Le directeur général de Sani-Nord, Raphael Lapointe, est catégorique : le travail a été exécuté correctement.

La vidange a été bien faite. Il est impossible que notre technicien ait fait une mauvaise manipulation et ait remis des boues dans la fosse.

Une citation de :Raphael Lapointe, directeur général de Sani-Nord

Je ne sais pas ce qui a été fait depuis la vidange chez les Gariépy-Morest. Y a-t-il eu des brassées de lavage? Je ne sais pas. Je n'étais pas là, affirme M. Lapointe.

Benoit Legault, qui inspecte des installations septiques depuis 20 ans, est d’avis contraire. Ils ont tout mélangé ça dans le camion, puis ils ont mis ça dans la fosse septique. C'est une pratique qui, malheureusement, devient trop courante. Qui est en train de ruiner des systèmes [septiques], estime-t-il.

Lors d’une visite subséquente, les techniciens de Sani-Nord ont soulevé les couvercles du système septique et ils ont dit que tout était normal, selon Micheline Gariépy et Guy Morest.

Pourtant, une compagnie spécialisée a découvert par la suite que le puits absorbant, qui sert au déversement dans le sol de l’eau usée de la fosse, était colmaté.

Selon nos experts, ce problème n’explique pas la présence de boues et d’écume dans la fosse septique. Raphael Lapointe se défend : Nous, notre travail, c'est de faire la vidange. Nous ne sommes pas des spécialistes de fosses septiques.

Depuis, Sani-Nord est retourné chez les Gariépy-Morest et a effectué une vidange de la fosse septique et du puits absorbant gratuitement.

Ce reportage sera présenté dans l'émission La Facture diffusée mardi soir à 19 h 30 (HAE) sur ICI Radio-Canada Télé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !