•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Chronique

Nextdoor : l’application des quartiers qui ne dorment pas

Page de l'application Nextdoor

L'application Nextdoor ou une autre façon de se connecter à la vie de quartier.

Photo : Radio-Canada / Jean-Marie Yambayamba

Nextdoor s’est ajoutée aux applications que j’utilise. Cet outil a attiré mon attention par sa façon particulière de me connecter à mon quartier. Bien sûr, cela n'est pas sans écueils.

Nextdoor m’apprend ce qui se passe tout près de chez-moi. Parfois, les adresses et les endroits sont précisés, ce qui peut faciliter des vérifications, si je le souhaite.

Des voisins inscrits rapportent des incidents ou des événements, offrent ou demandent des services; d’autres proposent des solutions dont certaines m’ont servi à l’occasion.

La page du quartier publie aussi les questions des résidents sur la météo, le nouveau système de collecte des ordures, etc. J’aime lire les discussions qui en résultent.

Des commentaires qui appellent à la prudence et qui sont accompagnés de photos et d’enregistrements vidéos suscitent ma curiosité.

Bref, la plateforme raconte à sa façon un quartier qui vit, un quartier qui ne dort pas, un quartier où les gens se parlent, même sans sortir du confort de leur maison.

Nextdoor nourrit ou bouscule à sa façon mon attachement à mon quartier. L'application m’ouvre une possibilité d’approcher des voisins que j’ai probablement croisés à de nombreuses reprises sans leur adresser la parole.

Comme toute autre plateforme, Nextdoor a son lot d'inconvénients. Le risque de colporter de fausses nouvelles ou de dégénérer en commérages de quartier ou en paranoïa est réel. 

La vigilance s’impose donc et pour ne pas prendre pour argent comptant tout ce qui est publié, il importe de le contre-vérifier auprès de sources fiables.

J’aime aussi la flexibilité que Nextdoor donne pour corriger des publications à la lumière de nouvelles informations. Cela permet, par exemple, de voir autrement ce qui, à première vue, peut paraître suspect.

Je crois que malgré ses limites, Nextdoor m'ouvre une fenêtre sur la vie dans mon quartier et c’est un avantage que je compte bien exploiter dans mon quotidien. 

C’est une expérience qui s’ajoute à celle que j’ai développée avec les pages Facebook, WhatsApp, Kijiji, pour ne citer que ceux-là.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !