•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La santé publique veut faire remonter le taux de vaccination contre le VPH

Une adolescente reçoit un vaccin.

L'efficacité du vaccin contre le VPH dans la prévention du cancer du col de l'utérus a été démontrée.

Photo : iStock

Radio-Canada

Santé publique Sudbury et districts (SPSD) s’efforcera dans les prochaines semaines d’administrer davantage de vaccins contre le virus du papillome humain (VPH), alors qu’il y a eu presque 3 fois moins de jeunes vaccinés en 2020 par rapport à 2019, en raison de la pandémie de COVID-19.

Le VPH est la principale cause du cancer du col de l'utérus, et peut également entraîner d'autres cancers, selon Santé Canada.

Le vaccin contre ce virus est habituellement offert aux élèves de 7e et 8e année à l'école, en même temps que d'autres vaccins de routine, mais ce programme a été mis en veilleuse en raison de la pandémie.

SPSD n'a administré que 1 237 doses en 2020, contre 3 325 doses en 2019.

Le bureau de santé publique prévoit reprendre son programme de vaccination en milieu scolaire plus tard cet automne, qui visera un groupe d'âge plus large que d'habitude, selon l’infirmière en santé publique Émilie Gatien.

Les adolescents plus âgés et les adultes peuvent également recevoir le vaccin, s'ils n'ont pas encore été immunisés.

« Typiquement ce serait les élèves de 7e et de 8e année, mais nous allons certainement prévoir de rattraper les élèves de 9e et de 10e année qui ont manqué leur chance pendant la pandémie. »

— Une citation de  Émilie Gatien, infirmière en santé publique pour Santé publique Sudbury et districts

Des progrès compromis

En 2018, l'Organisation mondiale de la santé a déclaré un appel à l'action pour éliminer le cancer du col de l'utérus dans le monde entier.

Les vaccins contre le VPH sont offerts dans les écoles de l'Ontario depuis 2007.

S’il est trop tôt pour connaître l'effet de la vaccination sur les taux globaux de cancer du col de l'utérus, la Dre Vivien Brown, présidente de la Semaine de prévention du VPH au Canada et médecin de famille à Toronto, a constaté une excellente réduction des lésions précancéreuses.

Elle croit que la perturbation actuelle des efforts de vaccination pourrait absolumentralentir ces progrès.

« Cela fait dérailler les résultats que nous avons obtenus. Et vous savez que le Canada est l'un des rares pays où le vaccin pour les garçons et les filles est offert gratuitement dans chaque province et territoire. Nous devons en profiter »

— Une citation de  Dre Vivien Brown, présidente de la Semaine de prévention du VPH au Canada

La baisse des taux de vaccination est une tendance observée dans tout le pays, selon la Dre Brown.

Elle affirme que, dans l'ensemble, la vaccination contre le VPH a diminué d'environ 66 % en Ontario pendant la pandémie.

Nous avons beaucoup d'enfants qui passent entre les mailles du filet, qui n'ont pas été vaccinés. Et beaucoup de parents ne savent même pas que leurs enfants ont manqué une occasion d'être vaccinés, note-t-elle.

Selon la Dre Brown, il est important que les bureaux de santé publique organisent des cliniques de rattrapage dans les écoles et que les parents communiquent avec les fournisseurs de soins de santé pour s'assurer que leurs enfants ont reçu tous les vaccins recommandés.

Avec les informations de Sarah MacMillan de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !