•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des inquiétudes au sein de l’industrie touristique des Îles

Un bateau dans un champ devant un cap aux îles de la Madeleine.

Les détails de la fréquentation des Îles-de-la-Madeleine au cours de l'été 2021 seront connus le 21 octobre prochain. (archives)

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Roxanne Langlois

Des acteurs de l'industrie touristique des Îles-de-la-Madeleine conjuguent d'importantes préoccupations. C'est du moins ce qu'affirme le député de l'archipel, Joël Arseneau, qui estime que le tourisme madelinot en est « à un point tournant ».

C'est ce qui ressort de la deuxième consultation annuelle en la matière, réalisée le mois dernier par l’élu. Soixante propriétaires de restaurants, d’établissements d’hébergement et d’autres entreprises touristiques ont été rencontrés dans le cadre de cet exercice.

Domaine d’activités des entreprises rencontrées

  • Hébergement : 17
  • Restauration : 19
  • Autres activités reliées au tourisme : 24

Selon le bilan dressé à la suite de ces échanges, 75 % des répondants se disent préoccupés par le nombre de touristes présents sur l'archipel, l'été dernier.

On a le sentiment de ne pas répondre à la demande, mais on a aussi le sentiment qu’on a soit […] atteint cette limite [de la capacité d’accueil], soit qu’on l’a dépassée, résume Joël Arseneau.

Les trois quarts des entreprises consultées se disent également inquiètes de la rareté de main-d’œuvre avec laquelle elles ont dû vivre au cours de la saison estivale. Cette statistique grimpe à 95 % chez les restaurateurs.

Une femme et un enfant montent des marches avec un maison en arrière-plan.

Des touristes explorent les Îles-de-la-Madeleine. (archives)

Photo : Radio-Canada / Isabelle Larose

Il faut mentionner que certains restaurateurs nous disent ‘’à ce rythme-là, avec cette pression-là, je ne pourrai pas continuer’’, note le député Arseneau.

L’élu ajoute que pour certains acteurs qui travaillent dans l'industrie de la restauration, cette pression se veut insoutenable.

« Certains évoquent soit la vente de leur entreprise, ou carrément la fermeture, ce qui ne va pas, évidement, améliorer le portrait pour la destination Îles-de-la-Madeleine si on a encore moins d’offre en restauration dans la prochaine année ou dans les années qui s’en viennent. »

— Une citation de  Joël Arseneau, député des Îles-de-la-Madeleine

Selon le député péquiste, les gens de l’industrie touristique sont à bout, sont exténués, ce qui serait en grande partie attribuable à ce manque de personnel.

Or, la rentabilité des entreprises se veut, toujours selon la même enquête maison, très positive. Environ 63 % des répondants estiment très bonne leur situation financière, alors que 27 % la jugent plutôt bonne.

C’est le paradoxe auquel on fait face : une rentabilité exceptionnelle, mais une inquiétude quant à la suite des choses, pour la destination comme pour leurs entreprises, résume Joël Arseneau.

Le député péquiste Joël Arseneau à son bureau de comté aux Îles-de-la-Madeleine.

Le député péquiste Joël Arseneau. (archives)

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

D’ailleurs, l’insatisfaction de la clientèle quant aux services et aux infrastructures semble être à la hausse, selon les commentaires récoltés par le parlementaire et son équipe. Ça n’apparaît pas aux yeux des répondants comme un phénomène passager, mais un phénomène structurel. Ce n’est pas lié à la pandémie, par exemple.

L’élu estime que des solutions structurantes devront être déployées par les instances gouvernementales et municipales afin de soutenir les entreprises touristiques à travers les difficultés rencontrées.

Un bilan bientôt dévoilé

Les différents enjeux vécus par les entrepreneurs seront vraisemblablement à l'ordre du jour à l’occasion du prochain colloque de l’industrie touristique, qui se aura lieu sur l’archipel le 21 octobre. Un bilan exhaustif de la dernière saison sera par ailleurs dévoilé, à cette occasion.

Alors que la limite de visiteurs avait été, en raison de la pandémie de COVID-19, fixée à 35 000 par la santé publique, moins de 30 000 visiteurs se sont déplacés sur l’archipel au cours de l’été 2020.

Il s’agissait de la pire saison touristique des Îles-de-la-Madeleine depuis 1996.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !