•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des ratés avec le système de déclaration du statut vaccinal des fonctionnaires fédéraux

Des doigts sur le clavier d'un ordinateur portable.

Le portail web permettant aux fonctionnaires fédéraux d’attester leur statut vaccinal contre la COVID-19 a connu des ratés dès le jour 1 de son déploiement (archives).

Photo : Associated Press / Elise Amendola

Le portail web permettant aux fonctionnaires fédéraux d’attester leur statut vaccinal contre la COVID-19 a connu des ratés dès le jour 1 de son déploiement. Malgré tout, environ 40 000 employés ont déjà pu indiquer s'ils sont doublement vaccinés ou non.

Lancée mercredi, la nouvelle page web du gouvernement a été momentanément inaccessible dans les heures suivant le dévoilement, par le premier ministre Trudeau, de la politique vaccinale.

Des problèmes techniques étaient en cause, a confirmé le Secrétariat du Conseil du Trésor (SCT). En soirée, le service fonctionnait seulement de façon intermittente.

Dès le début de la panne, des experts en systèmes informatiques ont travaillé sans relâche pour rétablir l’accès au portail, souligne dans un courriel Martin Potvin, porte-parole du SCT. C’est seulement jeudi après-midi qu’ils ont réussi à y parvenir.

Le SCT n'est pas encore en mesure de préciser l’origine des complications, mais M. Potvin assure qu’il n’y a eu aucune incidence sur les autres opérations quotidiennes des systèmes.

« Nous continuons à examiner la cause du problème. »

— Une citation de  Martin Potvin, porte-parole, Secrétariat du Conseil du Trésor

Par ailleurs, le déploiement du nouveau système informatique n’est pas encore terminé. Il doit être accessible aux fonctionnaires de l’ensemble des ministères au plus tard le 15 octobre.

Nous avons adopté une approche par étapes pour nous donner l’occasion de corriger le tir au fur et à mesure et de régler les problèmes qui pourraient survenir, indique M. Potvin.

L’Alliance de la fonction publique du Canada (AFPC) estime que ces problèmes techniques auraient pu être évités si le gouvernement n’avait pas précipité le dévoilement de sa politique de vaccination et s’il avait mieux consulté les syndicats.

Le gouvernement a dévoilé sa politique sans avoir effectué tous les tests adéquats, affirme Alex Silas, vice-président exécutif régional de l’AFPC pour la capitale nationale.

« Le gouvernement fédéral a un historique de systèmes qui ont des problèmes, on pense notamment au système de paye Phénix. »

— Une citation de  Alex Silas, vice-président exécutif régional de l’AFPC pour la capitale nationale

Si d’autres problèmes techniques devaient survenir avec le site internet, le syndicat n’écarte pas la possibilité de demander au gouvernement de repousser la date butoir du 29 octobre avant laquelle les fonctionnaires doivent soumettre leur statut vaccinal.

Ceux qui ne le font pas ou qui refusent d’être vaccinés seront placés en congé sans solde à compter du 15 novembre.

Des milliers de fonctionnaires soumettent leur statut vaccinal

Malgré les ennuis techniques de la plateforme web, plus de 15 000 travailleurs ont dévoilé leur statut vaccinal dans les 24 heures suivant le dévoilement de la nouvelle politique de vaccination obligatoire du gouvernement.

Les principaux syndicats de fonctionnaires demandent à leurs membres de leur signaler tout problème relié à la nouvelle politique de vaccination obligatoire. Pour ce faire, l’Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC) a mis sur pied un système similaire à celui utilisé pour recueillir les récriminations des fonctionnaires liées au système de paye Phénix.

Le vice-président national de l’IPFPC, Stéphane Aubry, souligne que de nombreux fonctionnaires non vaccinés craignent déjà de ne pas avoir le temps de se faire vacciner dans les délais imposés par le gouvernement et de se retrouver en congé sans solde.

On recommande aux gens de se faire vacciner rapidement pour respecter l’échéancier de l’employeur, a-t-il affirmé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !