•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’entrée de Carey Price dans le programme d’aide de la LNH a des échos jusqu’en Estrie

Un gardien but de hockey saute sur la glace, dans la pénombre, le projecteur sur lui.

Cary Price lors de la dernière finale de la Coupe Stanley. (archives)

Photo : Getty Images / Bruce Bennett

Radio-Canada

Le programme offre du soutien aux joueurs aux prises avec des problèmes de santé mentale, d’abus de substances ou de toute autre nature.

Le fait que le joueur ait lui-même demandé de l’aide représente un geste fort, qui peut avoir des retombées positives dans le monde sportif, croit la psychologue sportive Amélie Soulard.

Quand on entend des gens comme Carey Price, comme Simone Biles, Naomi Osaka parler de leur problématique de santé mentale, ça démocratise un peu ce sujet-là.

Une citation de :Amélie Soulard, psychologue sportive

Les jeunes athlètes ont peut-être des modèles positifs, justement, pour pouvoir parler de ces enjeux-là, ajoute-t-elle.

Selon Mme Soulard, un Canadien sur cinq va souffrir d’un problème de santé mentale au cours de sa vie. Pour les athlètes, ce nombre s’élève à 35 %. La psychologue œuvre d’ailleurs avec les athlètes pour qu’ils développent leurs habiletés mentales afin de mieux faire face au stress.

Un climat malsain sur les réseaux sociaux? 

De nombreux athlètes professionnels ont récemment pointé du doigt les réseaux sociaux qui, selon eux, contribueraient à un climat malsain.

Cet enjeu n’a pas été abordé dans le cas de Carey Price, mais se fait remarquer dans la Ligue junior majeur de hockey, selon Stéphane Julien, directeur général et entraîneur-chef du Phœnix de Sherbrooke.

C’est complexe [les problèmes de santé mentale]. Je ne pense pas que c’est quelque chose de rare, maintenant avec les réseaux sociaux, si nos joueurs ouvrent les Facebook de ce monde et Twitter pour regarder les commentaires de certains partisans. Ça demeure des jeunes entre 16 et 20 ans. Ça [les réseaux sociaux] affecte des adultes qui jouent au professionnel, donc imaginez les jeunes. C’est pour ça qu’il faut bien les encadrer, croit-il. 

Avec les informations de Thomas Deshaies

Si vous avez besoin d’aide : 

  • Excellence sportive (pour les athlètes) : 819-821-2002
  • Tel-Jeunes : 1-800-263-2266
  • Jevi - Centre de prévention du suicide-Estrie : 819-564-1354

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !