•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

YouTube coupe les vivres à la désinformation sur le réchauffement climatique

Différents logos de la plateforme YouTube sur un écran.

YouTube a atteint à l'été 2021 les 2 milliards de spectatrices et spectateurs mensuels dans le monde, soit 64% de l'audience pour les vidéos en ligne.

Photo : afp via getty images / NICOLAS ASFOURI

Agence France-Presse

Google et YouTube ont durci leur règlement jeudi contre les publicités et les contenus qui nient le réchauffement climatique et ses causes, en adoptant une mesure plus agressive que d'ordinaire sur les réseaux sociaux contre ce type de désinformation.

Le numéro un de la publicité numérique et son service de vidéos interdisent désormais les publicités et la monétisation des contenus qui contredisent le consensus scientifique bien établi autour de l'existence et des causes du changement climatique, indique une mise à jour des règles pour les entreprises qui souhaitent publier des annonces.

La plateforme n'interdit donc pas seulement les publicités trompeuses ou mensongères : elle empêche aussi les créateurs et créatrices de contenus climatosceptiques de récolter des recettes publicitaires.

Les entreprises ne veulent tout simplement pas que leurs publicités apparaissent à côté de ce genre de contenus. Et les créateurs et créatrices ne veulent pas d'annonces qui font valoir ces affirmations sur leurs pages ou vidéos, justifie Google.

Le règlement s'applique aux messages qui définissent le changement climatique comme une affabulation ou une arnaque ainsi qu'à ceux qui nient que le climat est en train de se réchauffer sur le long terme

Le géant numérique restreint déjà la publicité adossée à certains sujets sensibles, comme des vidéos sur les armes à feu ou des événements tragiques, mais la négation du changement climatique ne faisait pas partie de ces contenus restreints jusqu'à présent.

YouTube a atteint cet été les 2 milliards de spectatrices et spectateurs mensuels dans le monde, soit 64 % de l'audience pour les vidéos en ligne, selon le cabinet eMarketer.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !