•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nouvel équipement pour récupérer les engins de pêche perdus en mer

Le prototype d’engin de récupération fonctionne à la manière d’un grappin.

Le centre de recherche a développé un prototype d’engin de récupération qui fonctionne à la manière d’un grappin.

Photo : Gracieuseté de Merinov

Radio-Canada

Une équipe multidisciplinaire de Merinov travaille à mettre au point un appareil pour récupérer les casiers de crabe des neiges perdus en mer.

Le prototype fonctionne à la manière d’un grappin, explique Colin Gauthier-Barrette, responsable du centre d’expertise en génie chez Merinov. Le principe consiste à l’utiliser en faisant des ronds. On s’imagine que la cage qu’on tente de récupérer, c’est le centre du cercle.

Colin Gauthier-Barrette de Merinov

Colin Gauthier-Barrette travaille à mettre au point un appareil capable de récupérer les casiers de pêche au crabe des neige perdus au fond de l'eau.

Photo : Gracieuseté Merinov

L’engin cible les cordages qui restent accrochés aux casiers et tiennent en suspension dans l'eau. Ces engins représentent un risque d’empêtrement pour les espèces marines, comme la baleine noire de l’Atlantique Nord.

Pêches et Océans Canada estime qu'il y a des milliers de casiers de pêche qui reposent sur le fond marin.

Une technique plus efficace

L’équipe teste l’efficacité de la machine à différentes profondeurs. Jusqu'à maintenant, le prototype a réussi à récupérer des engins de pêche jusqu’à 100 mètres de profondeur.

Grâce aux données GPS du Centre interdisciplinaire de développement en cartographie des océans, les chercheurs peuvent localiser précisément les zones où récupérer les casiers de pêche perdus en mer.

L’équipe continue de travailler sur l’engin pour le rendre plus optimal.

Les pêcheurs utiliseront les engins de récupération sur leur bateau de pêche.

Les chercheurs s’entourent de pêcheurs pour s’assurer une bonne connaissance des engins de récupération.

Photo : Gracieuseté de Merinov

Une collaboration avec les pêcheurs

Colin Gauthier-Barrette indique que les chercheurs collaborent étroitement avec les pêcheurs. Ultimement, on veut que ce soit eux qui utilisent ces engins-là. En ce moment ils participent au développement et à la réflexion. Ils ont beaucoup plus d’expérience que nous en mer.

Colin Gauthier-Barrette précise qu'un des objectifs est que l'engin s'adapte aux équipements déjà présents à bord des bateaux.

Le prototype pourrait coûter entre 2000 $ et 3000 $ par bateau.

Un texte de Perrine Bullant avec les informations de Bruno Lelièvre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !