•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une application danoise pour combattre le gaspillage alimentaire s’installe à Vancouver

Une femme tient un contenant de légumes.

Une application danoise pour combattre le gaspillage alimentaire s’installe à Vancouver.

Photo : Radio-Canada

Au Canada, le gaspillage alimentaire représente 2,5 milliards de tonnes de déchets par an, soit 40 % de la production alimentaire. L’application danoise Too Good To Go propose de remédier au problème du gaspillage alimentaire en permettant aux commerçants locaux d'offrir quotidiennement des paniers de leurs produits invendus au rabais pour les consommateurs.

Présente à Toronto depuis le début du mois de juillet, l'application a été lancée à Vancouver à la mi-septembre. Les créateurs de cette application veulent combattre le gaspillage alimentaire à une échelle humaine.

Son fonctionnement est simple : permettre aux commerces alimentaires comme les restaurants, les magasins d’alimentation, les cafés et les boulangeries de vendre à moindre prix leurs aliments invendus en fin de journée sous forme de paniers surprises.

Selon Lucie Basch, cofondatrice de Too Good To Go, le gaspillage alimentaire est une problématique mondiale : Nous jetons plus de 40 % de la nourriture que nous produisons, et à Vancouver seulement, il y a 13 000 tonnes d’aliments [qui sont gaspillées].

Des produits alimentaires en vrac sur un plan de travail dans une cuisine.

L'application Too Good To Go permet de connecter les commerçants, qui veulent éviter de jeter leurs invendus, à des consommateurs.

Photo : Too Good To Go

Les coûts engendrés pour le traitement des déchets provenant de ce gaspillage sont de 1,3 milliard de dollars par an en Colombie-Britannique, affirme un représentant local de Too Good To Go.

Avant de poser le pied à Vancouver, les équipes de Too Good To Go ont contacté plusieurs commerces alimentaires qui partagent leurs valeurs ou qui veulent tout simplement éviter de jeter de l’argent par les fenêtres. En effet, le succès de l’application repose sur la volonté des commerçants de devenir partenaires.

Devenir écoresponsable

Nada, une épicerie vancouvéroise, propose des produits en vrac, sans emballages, dans une logique de réduction de plastique à utilisation unique. Quand l'entreprise a été contactée par l'équipe de Too Good To Go, elle a sauté sur l'occasion de collaborer avec elle.

Catherine Langevin, créatrice de contenus à Nada.

Nada est une épicerie vancouvéroise qui combat le gaspillage alimentaire.

Photo : Radio-Canada / Alex Lamic

Nada sort du schéma traditionnel de la vente d’aliments en donnant accès à des produits locaux. Le but est de pouvoir faire son épicerie de la manière la plus écologique possible, en réduisant son empreinte carbone.

Nous utilisons les fanes de carottes pour faire notre pesto, que nous vendons ici, nous donnons des surplus d’aliments qui sont un peu moins beaux à des organismes communautaires , explique Catherine Langevin, créatrice de contenus à Nada.

Catherine Langevin range des fruits dans un panier.

Nada propose à ses clients de faire leur épicerie sans emballages plastiques pour être plus écoresponsables.

Photo : Radio-Canada / Alex Lamic

Too Good To Go nous aide à amplifier nos efforts contre le gaspillage alimentaire, nous donne une occasion pour faire découvrir Nada à de nouveaux consommateurs au travers de l’application, résume Catherine Langevin.

Utiliser une appli antigaspillage pour faire des économies

Mathilde Duflos, utilisatrice de la première heure, trouve des paniers surprises bien garnis de fruits et légumes à Vancouver. Toutefois, la jeune femme utilise l’application principalement pour faire des économies et briser la routine.

C’est un moyen pour moi de m’adapter aux produits plutôt que de rester dans une routine dans ma cuisine. Et si ça peut éviter de jeter de la nourriture, en effet, c’est bonus!

Même son de cloche du côté d'Eileen Dewerpe. La Vancouvéroise trouve le concept utile pour réduire ses dépenses alimentaires. Je récupère des paniers surprises de fruits et légumes. Mine de rien, cela permet de diminuer de beaucoup le budget courses de la semaine , explique-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !