•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

9 000 familles de plus pour le Nord-Est ontarien dans les 10 prochaines années

Vue aérienne sur des maisons en construction.

Il faudra un millions de nouvelles maisons en Ontario pour faire face à l'accroissement de la population, selon une étude (archives).

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Ezra Belotte-Cousineau

Une étude confirme la nécessité de construire de nouveaux logements dans le Nord de l’Ontario pour répondre à la demande croissante.

Selon Mike Moffatt, le directeur des politiques de l'Institut Smart Prosperity, l’objectif de l’étude était d’analyser les besoins en nouveau logement considérant l’accroissement de la population ontarienne.

Selon l'Institut, si les prévisions démographiques du ministère des Finances s’avèrent, l’Ontario augmenterait sa population de 2,27 millions de personnes, ce qui nécessiterait la construction d’un million de nouvelles habitations.

L’étude indique que c’est la tranche des Ontariens dans leur fin vingtaine et début trentaine qui vont faire accélérer la demande.

Portrait de Mike Moffatt.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mike Moffatt, le directeur des politiques de l'Institut Smart Prosperity estime que les municipalités devront ajuster leurs plans de développement.

Photo : Radio-Canada / Linkedin @Mike Moffatt

Toujours selon l’étude, les familles se dispersent dans la province à la recherche de logements pour fonder une famille, ou décident de retarder le projet d’avoir des enfants devant le manque de logements adéquats.

« Tout le monde s’entend sur le fait qu’il faut de nouveaux logements. Nous voulions maintenant avoir un chiffre précis. »

— Une citation de  Mike Moffatt, directeur des politiques de l'Institut Smart Prosperity

Politiques migratoires

Selon monsieur Moffatt, depuis 2015, les différentes politiques fédérales sous les gouvernements Harper puis Trudeau ont favorisé l’arrivée de nouveaux immigrants en Ontario.

« Avant 2016, nous accueillions 600 000 immigrants sur une période de cinq ans, alors que maintenant pour la même période, nous en accueillons un million. Nous avons donc besoin de plus de logements. »

— Une citation de  Mike Moffatt, directeur des politiques de l'Institut Smart Prosperity

Projections de l'arrivée de nouvelles familles dans les 10 prochaines années par district :

Nord-Est :

  • Sudbury : 3 500
  • Parry Sound : 1 900
  • Nipissing : 1 200
  • Algoma : 1 500

Nord-Ouest :

  • Rainy River : 369
  • Kenora : 1 330
  • Thunder Bay : 1 500

Source : Institut Smart Prosperity

Construisez, ils viendront

Pour M. Moffatt, il s’agit d’une situation où il faut construire et ils viendront, mais chacune des régions n’aura pas les mêmes besoins ou demandes.

Par exemple, l’étude de l’Institut projette que Thunder Bay pourrait voir une demande, non pas pour des maisons unifamiliales, mais plutôt pour environ 400 appartements dans des édifices de cinq étages et plus.

Résidences privées pour aînés en construction.

La demande en type de résidences et de logements peut varier d'une région à l'autre, selon Mike Moffatt de l'Institut Smart Prosperity (archives).

Photo : Radio-Canada

M. Moffatt ajoute que les communautés qui seront en mesure de fournir des logements abordables pourraient effectivement voir une augmentation d’une main-d'œuvre qualifiée et diversifiée.

« Il faut s’assurer que tout le monde s’entend sur les données et que les villes ajustent leurs plans de développement à cette réalité. »

— Une citation de  Mike Moffatt, le directeur des politiques de l'Institut Smart Prosperity

L’Institut indique dans son rapport que ces données ne sont pas des prédictions ni des prévisions, mais plutôt des projections, basées en partie sur les décisions de politiques menées parc différents paliers de gouvernement.

Plus de luxe à Cochrane

Denis Clément, maire de Cochrane affirme manquer de logements comme la plupart des autres municipalités, mais dans son cas, leurs besoins sont en maison d’un petit peu plus de luxe.

Selon le maire, plusieurs familles veulent déménager dans des maisons plus spacieuses, plus luxueuses, mais qui ne sont pas actuellement disponibles dans le secteur de Cochrane.

Le maire de Cochrane.

Le maire Denis Clément.

Photo : Radio-Canada / Jimmy Chabot

Actuellement, la résidence pour personnes âgées de Cochrane bâtie il y a cinq ans est au maximum de sa capacité.

Ses 30 chambres sont occupées et déjà, selon M. Clément, la liste d’attente compte une trentaine de personnes.

« Si on pouvait avoir un projet d’expansion pour une autre trentaine de chambres, ça se remplirait directement. »

— Une citation de  Denis Clément, maire de Cochrane

Forte demande à Greenstone

Rénald Beaulieu, le maire de Greenstone confirme que sa municipalité manque de logements aussi, mais explique que de nouveaux développements s’en viennent.

« La demande est grande et je peux m’imaginer que ceux qui ont besoin de logements [à des prix] raisonnables, ne peuvent pas trouver dans le moment. »

— Une citation de  Rénald Beaulieu, maire de Greenstone

Considérant le projet de mine à ciel ouvert de Greenstone Gold Mines qui a débuté, le maire Beaulieu estime que le manque d’habitation est un problème important pour sa municipalité pour les prochaines années.

Une maquette d'une mine.

Si le projet est approuvé par les gouvernements fédéral et provincial, la mine à ciel ouvert Hardrock sera construite tout près du secteur de Geraldton, dans le territoire de la municipalité de Greenstone.

Photo : Radio-Canada / Miguel Lachance

La demande pour des terrains et de nouvelles constructions, selon lui, devrait continuer d’augmenter durant les trois prochaines années.

Il ajoute que des subventions sont disponibles, mais le secteur privé doit participer, et il espère que la présence de la mine poussera les investisseurs à venir construire à Greenstone.

Il considère que ce n’est pas à la municipalité de construire, mais plutôt aux entrepreneurs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !