•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fluor dans l’eau : un débat qui ne devrait pas avoir lieu, disent des experts

Un enfant se brosse les dents.

Les connaissances scientifiques disponibles démontrent que le fluor dans l'eau diminue les risques de caries chez les enfants.

Photo : Radio-Canada / Catherine Dumont

Le 18 octobre, les Calgariens seront appelés à voter pour ou contre l’ajout de fluor dans leur eau potable. La question divise les habitants de la ville depuis 1957. Pourtant, Edmonton et Toronto ajoutent du fluor dans leur eau depuis les années 1960 alors que Winnipeg le fait depuis 1956.

À Calgary, la fluoration de l’eau potable a fait l’objet de six référendums depuis 1957. Le oui l’emporte finalement en 1989 le fluor sera ajouté à l'eau municipale de 1991 à 2011.

Cette année-là, le Conseil municipal fait marche arrière pour économiser 750 000 $ par an. Deux ans plus tard en 2013, des dentistes tirent la sonnette d’alarme. Ils observent une hausse des caries sévères chez les enfants. L'absence de fluor dans l’eau du robinet sans fluor est mise en cause par la profession.

Qu’est-ce que le fluor?

Selon un rapport de l’Agence de la santé publique du Canada plubliée en 2017, le fluorure est un minéral présent à l'état naturel dans presque toutes les sources d'eau.

Il est libéré naturellement dans le sol, dans l'eau et dans l'air, mais peut être ajouté dans les réseaux d'aqueducs des municipalités en quantités optimales pour améliorer la santé publique. Cette décision revient aux conseils municipaux.

Depuis qu’une étude américaine de 1909 a montré les faibles taux de caries chez les résidents ayant accès à de l’eau fluorée, plusieurs villes nord-américaines ont passé le cap.

En 2018, 73 % de la population des États-Unis avait accès à de l’eau fluorée. Au Canada, moins de 39 % des habitants y ont droit.

Une arme contre les caries

Pour Bruce Yaholnitsky, dentiste et ancien président de l’Association dentaire de l’Alberta, la question ne se pose plus depuis longtemps.

Selon lui, le fluor freine l’apparition de caries. Il prévient la déminéralisation de l’émail des dents et favorise sa reminéralisation, surtout chez les enfants et les personnes qui n’ont pas une bonne hygiène dentaire.

Le dentiste Bruce Yaholnitsky dans son cabinet dentaire de Calgary.

Le dentiste Bruce Yaholnitsky estime que 95 % de ses confrères en Alberta sont en faveur du fluor dans l'eau potable.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Depuis que j'ai commencé mes études il y a 40 ans, cette pratique a toujours été promue par les autorités compétentes, dit Bruce Yaholnitsky. Selon le rapport de 2017 de l’Agence de santé publique du Canada, la fluoration de l'eau est associée à une réduction de 25 % à 30 % de la carie dentaire chez les enfants et les adultes.

La fluoration de l'eau a joué un rôle important dans la réduction globale des caries dentaires partout dans le monde, ajoute le rapport.

Bruce Yaholnitsky, dentiste à Calgary, a vu une hausse des caries chez les enfants depuis 2011 quand la Ville a cessé de mettre du fluor dans son eau.

Chez les enfants, beaucoup de chirurgies à l’hôpital sont liées à l'hygiène dentaire. Le fluor dans l’eau permettrait de réduire les dépenses de chacun et diminuerait le coût sur notre système de santé, explique-t-il.

L’intérêt économique pour les villes est plus important que les investissements nécessaires, selon une étude de 2016 publiée dans la revue American Journal of Preventive Medicine. Le bénéfice annuel par habitant varie de 5,49 $ à 93,19 $ par dollar investi, peut-on y lire.

Dans une publication de 2019, Services de santé Alberta (AHS) reconnaît que le fluor dans l’eau potable est une mesure fondamentale de santé publique pour prévenir les maladies dentaires et améliorer la santé buccodentaire.

L’organisme gouvernemental cite même une compilation de 107 études scientifiques résumant que la fluoration de l’eau permet une baisse de 35 % des caries sur les dents de lait des enfants.

L’Alberta réticente

Pourtant, en Alberta, 57 % des habitants n’ont pas accès à l’eau fluorée, selon les données les plus récentes. La couverture du réseau a baissé de 43 % entre 2007 et 2017.

C’est ce qu’il se passe lorsqu’un conseil municipal ne suit pas les recommandations de la science. Depuis les années 1960, il y a beaucoup de désinformation sur ce sujet, déplore Bruce Yaholnitsky qui estime que 95 % des membres de l’Association dentaire de l’Alberta sont en faveur du fluor.

À Calgary, la campagne du non s’appelle Safe Water Calgary. Elle dit refuser l’ajout de produits chimiques dans l’eau potable. Des médicaments qu'ils accusent d'avoir des effets secondaires sur le cerveau, notamment chez les enfants.

La rigueur scientifique des études mentionnant ces effets a été remise en cause, notamment par l’institut O’Brien de l’Université de Calgary.

Un robinet avec de l'eau qui coule.

En Alberta, les plus grandes villes à ne pas ajouter du fluor dans l'eau potable sont Calgary, Airdrie, Medicine Hat et Fort McMurray.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Des incertitudes subsistent sur ces études. Plusieurs ont été effectuées dans des endroits où l'eau souterraine contient déjà des niveaux élevés de fluor, peut-on lire dans un rapport publié en 2019 à destination de la Ville de Calgary.

Juliet Guichon, professeure à l’École de médecine de l’Université de Calgary, est engagée depuis longtemps dans la campagne en faveur du fluor pour assurer une bonne hygiène aux nouvelles générations.

Nous, les adultes, avons l’opportunité de mettre en priorité l’intérêt des enfants grâce à notre vote. C’est encore un débat aujourd'hui, car comme pour la vaccination contre la COVID-19, une minorité de la population est complotiste et ne fait pas confiance au gouvernement, explique-t-elle.

Cette militante, experte en éthique et en santé, aimerait que la médecin hygiéniste en chef de l’Alberta, Deena Hinshaw, se prononce publiquement sur la question pour faire pencher la balance lors du vote à Calgary le 18 octobre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !