•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Théâtre et danse se rencontrent à La Nouvelle Scène en 2021-2022

Un homme et une femme assis sur un fauteuil. Leurs têtes sont proches l'une de l'autre comme sur le point de s'embrasser.

La pièce Guide d’éducation pour le nouveau millénaire figure parmi les 11 productions présentées à La Nouvelle Scène, à Ottawa, dans le cadre de sa saison 2021-2022.

Photo : Sylvie-Ann Paré

Des employés qui travaillent sur un vaisseau spatial à des millions de kilomètres de la Terre. Une enquête sur un meurtre mystérieux survenu au milieu de la rivière des Outaouais. Théâtre et danse feront bon ménage à La Nouvelle Scène au cours de sa saison 2021-2022.

Après avoir été contrainte à fermer ses portes pendant plus d’un an et demi en raison de la pandémie, l'institution culturelle basée à Ottawa - ainsi que ses quatre compagnies fondatrices, le Théâtre de la Vieille 17, le Théâtre du Trillium, Vox Théâtre et le Théâtre Catapulte - lancera le volet Adultes de sa programmation dès novembre prochain, devant un public restreint et distancé. Onze productions sont au menu de ce volet.

Deux femmes et deux hommes debout devant un édifice vitré.

Les quatre directeurs artistiques des compagnies de théâtre résidentes de La Nouvelle Scène. De gauche à droite, Danielle Le Saux-Farmer (Théâtre Catapulte), Pier Rodier (Vox Théâtre), Geneviève Pineault (Théâtre de la Vieille 17) et Pierre Antoine Lafon Simard (Théâtre du Trillium).

Photo : Radio-Canada / Marika Bellavance

Offrir une grande place pour la danse

Cette année, la danse occupe une place particulière au sein de la programmation. Le spectacle Anima Darkroom (4 au 6 novembre) donnera d’ailleurs le coup d’envoi à la saison, en proposant une incursion dans l’univers du krump, un style de danse urbaine.

Le théâtre est très fort, particulièrement dans la communauté franco-ontarienne, mais je pense qu’il y a une vraie volonté d’ouvrir les portes un peu plus grand, et la danse a quelque chose de rassembleur, souligne le directeur artistique du Théâtre du Trillium, Pierre Antoine Lafon Simard.

Un homme qui cri avec la tête dirigée vers le haut et les mains serrées.

Le spectacle de danse Anima Darkroom propose une incursion dans l’univers du krump.

Photo : Do Phan Hoi

L’absence de langue dans cette discipline artistique permet également de créer un dialogue avec un plus vaste public, soutient-il.

On a envie de retrouver les gens, faire la fête, et quoi de mieux que de se dégourdir, après un an et demi en pandémie devant son ordinateur, en venant danser avec nous.

Une citation de :Pierre Antoine Lafon Simard, directeur artistique du Théâtre du Trillium

Certaines soirées proposent d’ailleurs des doublés de spectacles. C’est le cas, par exemple, des productions de danse contemporaine Les employés et Singeries, qui seront présentées l’une après l’autre, du 11 au 13 novembre prochain. La première transportera le public dans un voyage intergalactique, alors que la deuxième explorera la proximité de deux amies à travers la danse.

Avec Cutlass Spring (10 au 12 mars 2022), la danseuse et chorégraphe Dana Michel fera pour sa part le point sur son identité sexuelle en lien avec ses autres facettes, soit celles de mère, d'artiste et de fille, entre autres.

[Il y a beaucoup de] diversité dans la saison au plan esthétique, mais aussi culturel. On a des gens de toutes les origines, de tous les horizons, fait valoir M. Lafon Simard.

Une personne couchée sur le dos sur une plateforme surélevée. Sa tête touche le sol.

La création Cutlass Spring, de la danseuse et chorégraphe Dana Michel, sera présentée en mars prochain.

Photo : Jocelyn Michel

Variété et diversité au théâtre

La production de théâtre documentaire Singulières (17 au 20 novembre) posera un regard sur la femme d’aujourd’hui à travers des entretiens réalisés auprès de femmes dans la trentaine, par rapport au couple, à la maternité et aux attentes de la société.

De son côté, la pièce humoristique Guide d’éducation pour le nouveau millénaire (17 au 19 février) proposera une soirée où se rencontreront le passage vers l’an 2000, la fin du secondaire et un groupe d’adolescents découvrant leur sexualité.

On n’est pas limités à une forme, un style ou un seul genre, souligne la directrice artistique du Théâtre de la Vieille 17, Geneviève Pineault.

Il y en a pour tous les goûts, que ce soit pour quelqu’un qui s’aventure pour la première fois [à La Nouvelle Scène], ou quelqu'un qui vient souvent. On est dans la diversité [pour vivre] les arts vivants autrement.

Une citation de :Geneviève Pineault, directrice artistique du Théâtre de la Vieille 17
Montage photo d'un visage sur une photo d'un paysage d'un lac et d'une forêt.

Dans la pièce Durant des années, une femme enquête sur un meurtre survenu dans son village natal.

Photo : Alexandre Mercier

Pour boucler la saison, la pièce Durant des années (21 au 23 avril) plongera les spectateurs dans le Québec rural des années 1990. Un village insulaire, perdu au milieu de la rivière des Outaouais, est le théâtre d’un meurtre mystérieux.

Les gens ont soif d’art. [...| On a cette idée de cœur en liesse, de fête, de célébrations, et je pense que c’est ce qu’on va vivre tout au long de l’année, conclut Mme Pineault.

La saison jeunesse de La Nouvelle Scène sera dévoilée le 18 octobre prochain.

À voir également à La Nouvelle Scène en 2021-2022 :

  • Intrusions, théâtre (3 au 12 février);
  • Laitue Matinale, théâtre (1er au 5 mars);
  • Rather a Ditch et Dog Rising, doublé en danse (17 au 19 mars).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !