•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La neuroscientifique montréalaise Nadia Chaudhri s’éteint à 43 ans

Nadia Chaudhri pose pour la caméra.

Nadia Chaudhri a passé ses derniers mois à amasser des fonds pour les scientifiques issus de milieux sous-représentés.

Photo : Gracieuseté de Krista Byers-Heinlein

La Presse canadienne

La neuroscientifique montréalaise Nadia Chaudhri, qui a acquis une renommée mondiale tout en passant ses derniers mois à amasser des fonds pour aider les scientifiques issus de milieux sous-représentés, est décédée à l’âge de 43 ans.

L’Université Concordia précise que Mme Chaudhri est décédée le 5 octobre après une bataille d’un an contre le cancer de l’ovaire.

Mme Chaudhri a gagné un large public sur Twitter alors qu’elle partageait ouvertement les hauts et les bas de son parcours contre le cancer et réclamait des améliorations des soins de santé pour les femmes et un financement accru pour les scientifiques.

Au cours de ses derniers mois, aussi longtemps qu’elle l’a pu, elle s’est habillée avec de beaux vêtements et a marché dans les couloirs de son service de soins palliatifs pour amasser des fonds pour la bourse Envergure Nadia-Chaudhri, qui offrira de l’argent à de jeunes scientifiques confrontés à des difficultés en raison de problèmes tels que le racisme ou le sexisme.

Mme Chaudhri est née en 1978 au Pakistan et a étudié aux États-Unis avant son arrivée à Concordia en tant que professeure adjointe, en 2010.

Nadiau Chaudhri serre un enfant dans ses bras.

Nadia Chaudhri a documenté les différentes étapes de son traitement et a fait de la sensibilisation sur Twitter.

Photo : (Nadia Chaudhri/Twitter)

L’un de ses derniers fils de discussion sur Twitter a détaillé les symptômes qu’elle a ressentis pendant son traitement contre le cancer de l’ovaire, et elle a exhorté les femmes à demander de l’aide immédiatement si elles sentent que quelque chose ne va pas.

Connaissez votre corps, a-t-elle écrit. Faites attention à la fatigue et aux changements dans les mouvements de l’intestin et des voies urinaires. Assurez-vous de comprendre tous les mots sur un rapport médical. N’ignorez pas votre douleur ou vos malaises.

Les messages de Mme Chaudhri sur Twitter étaient parfois déchirants – dont l’un dans lequel elle a décrit comment elle se préparait à dire à son fils qu’elle était en train de mourir –, parfois drôles.

Souvent, elle partageait des informations sur les cliniques de dépistage du cancer et d’autres initiatives liées à la santé des femmes. Dans l’un de ses derniers messages, elle a dit qu’elle n’avait pas peur de mourir.

Bien que ça ait été la période la plus effrayante de ma vie, elle a été remplie de luminosité et d’amour, a-t-elle écrit.

Dans une déclaration, le président de Concordia, Graham Carr, a qualifié Mme Chaudhri de force de la nature.

C’était une chercheuse incroyablement talentueuse avec une passion pour l’enseignement et la réussite des étudiants qui n’avait d’égale que son engagement envers la diversité, l’équité et l’inclusion, a dit M. Carr.

Elle nous a enrichis. Toute notre communauté pleure sa mort et présente ses plus sincères condoléances à son fils, Reza, et à son mari, Moni – qu’elle appelait affectueusement son Soleil et sa Lune –, sa famille, ses amis, ses collègues et les milliers de gens qui ont embrassé la cause de la bourse Envergure Nadia-Chaudhri.

Concordia a annoncé qu’elle mettait ses drapeaux en berne jeudi en l’honneur de Mme Chaudhri.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !