•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination : pas d’exemption religieuse pour le personnel de la santé au Québec

Christian Dubé parle aux médias. Il lève une main devant lui.

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, recommande aux ordres professionnels d'imiter le Collège des médecins et de suspendre les permis de pratique de leurs membres qui résisteront à la vaccination (archives).

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

La Presse canadienne

Les travailleurs de la santé québécois qui refusent toujours de se faire vacciner ne pourront pas se prévaloir d'un motif religieux pour maintenir leur position et espérer demeurer en poste.

Il n'y a pas de question religieuse là-dedans, a tranché le ministre de la Santé, Christian Dubé, en conférence de presse à l'Assemblée nationale, jeudi.

Par contre, à Ottawa, le premier ministre Justin Trudeau a évoqué cette semaine la possibilité d'accorder une exemption religieuse aux fonctionnaires fédéraux qui refuseraient de se faire vacciner.

Un employé fédéral qui refuse la vaccination pour des motifs religieux devra présenter une attestation d'un commissaire de cette croyance religieuse.

« On peut comprendre la position du fédéral, c'est leur choix, mais nous, dans notre cas, il n'y a pas d'exception. »

— Une citation de  Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux du Québec

Les milliers de travailleurs du réseau québécois qui ne sont pas doublement vaccinés contre la COVID-19 se retrouveront donc en congé forcé sans solde à compter du 15 octobre.

Le ministre de la Santé recommande aux ordres professionnels d'imiter le Collège des médecins et de suspendre les permis de pratique de leurs membres qui résisteront à la vaccination.

Tous les ordres professionnels devraient faire la même chose au cours des prochains jours, a-t-il déclaré.

Il s'est engagé à présenter un plan de contingence, qui prévoit une réorganisation des services dans le réseau, au début de la semaine prochaine.

Les partis d'opposition réclament davantage de prévisibilité depuis des semaines. Ils se sont à nouveau inquiétés, jeudi, des répercussions du départ de milliers d'employés sur les patients.

S'il y a des coupures de services pour la population, où seront-elles exactement? a demandé à savoir la cheffe libérale Dominique Anglade.

Les renforts s'en viennent

L'opération charme lancée récemment par le gouvernement auprès des infirmières commence à porter ses fruits, a par ailleurs indiqué le ministre Dubé.

Déjà, 1007 personnes viendront prêter main-forte dans le réseau, dont 56 retraités et 231 recrues provenant du privé. Plus de 700 personnes qui travaillaient à temps partiel sont passées à temps complet.

De plus, 1900 candidats intéressés sont en réflexion, a-t-il dit. Les renforts s'en viennent, a assuré M. Dubé. C'est la démonstration que le changement de culture est bien amorcé dans le réseau de la santé.

Québec offre des primes de 12 000 $ à 18 000 $, pour un total pouvant atteindre 1 milliard de dollars, afin de ramener dans le réseau public de la santé au moins 4000 infirmières dans les prochains mois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !