•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un climatosceptique a participé à l’élaboration du projet de métro de Québec 21

Claude Duplessis, candidat de Québec 21 dans Saint-Louis—Sillery

Claude Duplessis, candidat de Québec 21 dans Saint-Louis—Sillery

Photo : Radio-Canada

Un ingénieur ouvertement climatosceptique a participé à l'élaboration du projet de Métro VALSE présenté par Québec 21.

Claude Duplessis est ingénieur géologue de formation et candidat de Québec 21 dans le district de Saint-Louis-Sillery.

M. Duplessis a déclaré ces derniers jours au Journal de Québec qu'il ne croyait pas que l'humain était responsable du réchauffement planétaire.

Je suis un climatoréaliste dans le sens où je sais que le climat a changé avec le temps et ce n’est pas l’homme qui l’a fait. Ça s’est fait avec la nature elle-même, est-il cité dans le quotidien.

« Moi, je ne peux pas contrôler la température qu’il va faire à Munich dans un an parce que j’arrête de prendre ma voiture. »

— Une citation de  Claude Duplessis, candidat de Québec 21 dans Saint-Louis-Sillery

Gosselin confirme

Questionné jeudi matin à savoir si M. Duplessis faisait partie des experts qui ont contribué à imaginer le projet de métro léger de son parti, Jean-François Gosselin répond par l'affirmative.

Jean-François Gosselin, candidat à la mairie de Québec

Jean-François Gosselin, candidat à la mairie de Québec

Photo : Radio-Canada

La réponse, c'est oui. On a un paquet de conseillers, d'ingénieurs, des gens qui travaillent à l'élaboration du projet. Évidemment, la qualité de la roche, il la connaît très bien. Monsieur Duplessis est un ingénieur géologue, a déclaré le chef de Québec 21.

M. Gosselin refuse toutefois de préciser si M. Duplessis peut demeurer candidat de son parti en raison de ses positions sur le climat. Selon le chef, les compétences de M. Duplessis en matière de géologie ne peuvent cependant être remises en question.

Tir groupé

Ses principaux adversaires à la mairie ont tous commenté le dossier. Ils affirment tous qu'ils n'auraient jamais recruté un candidat climatosceptique dans leur équipe.

Personnellement c'est sûr que je ne serais pas à l'aise d'avoir un candidat qui aurait cette position-là, commente la candidate Marie-Josée Savard.

Le chef de Démocratie Québec, Jean Rousseau, y voit quant à lui une faiblesse marquée de Québec 21 en matière d'environnement. Si pour M. Gosselin ce n'est pas suffisant pour exclure un candidat, ça veut dire que les positions de M. Gosselin en environnement ne valent que dalle.

Bruno Marchand, de Québec forte et fière, arrive à la même conclusion. Il ajoute que Claude Duplessis n'a plus aucune crédibilité pour défendre le volet environnement du projet de métro de Québec 21. Il est discrédité au départ parce qu'il est climatosceptique.

Jackie Smith, cheffe de Transition Québec, trouve quant à elle aberrant que quelqu'un qui aspire à diriger la deuxième ville en importance de la province puisse hésiter à condamner des positions qui contredisent la science.

Malheureusement je ne suis pas vraiment surprise avec M. Gosselin qu'il a recruté quelqu'un qui se dit scientifique, mais qui ignore la science.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !