•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les déchets organiques poursuivent leur progression en Ontario

Des restes de table.

Envoyés à l'enfouissement, les déchets organiques prennent non seulement beaucoup de place, mais produisent aussi du méthane (un puissant gaz à effet de serre) en se décomposant. (Archives)

Photo : iStock

Le bac vert continue d’avoir la cote en Ontario. La cueillette des matières organiques augmente depuis les derniers mois, et cette tendance s’est poursuivie durant les différentes étapes de réouverture de la province amorcée en juin.

Une hausse marquée des déchets alimentaires s’est faite sentir durant la première année de la pandémie, selon une étude de Paul van der Werf, professeur associé à l’Université Western de London. Les données provenaient d’une étude auprès de 13 municipalités de l’Ontario totalisant près de 8,5 millions de résidents.

Selon les discussions de M. van der Werf avec les municipalités, les indications pour 2021 montrent que de manière générale les niveaux de déchets sont en légère augmentation par rapport à 2020. En quelque sorte, ça se stabilise, mais on voit toujours plus de déchets dans le bac vert , précise-t-il.

Paul van der Werf sourit à la caméra

Paul van der Werf, professeur associé à l'Université Western.

Photo : Avec l'autorisation de Paul van der Werf

Cette hausse du détournement de déchets vers le compostage est, de l’avis du professeur associé, un excellent résultat environnemental.

Nous examinons cela d'un point de vue environnemental, aussi difficile que cela a été, les gens ont été assez bons pour gérer leurs déchets à la maison. Il n'y a pas cette grande augmentation pour les déchets dirigés à l'enfouissement.

Une citation de :Paul van der Werf

Paul van der Werf rappelle que les Ontariens utilisent davantage le bac vert pour les déchets alimentaires non évitables (coquille d’œuf, pelures de légume, marc de café), signifiant que plus de personnes préparent leur repas à la maison et placent ces déchets où ils doivent aller.

Un portrait semblable à Toronto

Selon des données du directeur général des services de gestion de déchets solides de la métropole, Matt Keliher, les matières organiques ont augmenté au cours des trois phases de réouverture de l’Ontario, soit du 11 juin au 16 septembre, qu’à pareille date en 2020.

L’écart le plus notable, une augmentation de 9,58 %, est observé entre le 30 juin et le 15 juillet, période correspondant à la deuxième phase de réouverture.À titre comparatif, les déchets et le recyclage du secteur résidentiel ont généralement été moindres du 11 juin au 16 septembre, qu’à pareille date en 2020.

Pour le secteur non résidentiel, comprenant les installations municipales, des écoles et organismes et les petits commerces, la variation la plus importante qui se retrouve dans les données de la Ville s’est produite lors de la deuxième étape de réouverture. Entre le 30 juin et le 15 juillet dernier, l’augmentation globale par rapport à 2020 s'établit à 3,25 %. Là aussi la hausse la plus importante concerne les matières organiques.

Certains secteurs qui génèrent des matières organiques ne sont toujours pas de retour à plein rendement, comme la restauration. Dans la réalité, on opère actuellement à 50, 60 % de ce qu’on opérait avant à cause de la capacité , souligne Olivier Bourbeau, vice-président de Restaurants Canada.

Tirer des leçons de la pandémie

Alors que la relance économique n’est qu’à ses premiers chapitres, Paul van der Werf entend garder un œil sur ce qui sera fait question de voir s’il y a des opportunités de mettre en pratique ce qui a été appris durant la pandémie.

Je pense que nous avons obtenu un assez bon succès en Ontario de la part des ménages qui le font déjà, dit-il. Espérons que nous pourrons traduire cela dans le secteur commercial afin que nous puissions continuer à éviter que les déchets soient envoyés au dépotoir et qu’ils soient en partie réutilisés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !