•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sports à l’intérieur : des bureaux de santé veulent imposer des preuves vaccinales

Un entraîneur pointe la direction à emprunter pour de jeunes joueurs

Le passeport vaccinal pour les sports à l'intérieur est imposé par certains bureaux de santé régionaux. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

Radio-Canada

Les bureaux de santé de l'Ontario commencent à adopter des mesures sanitaires plus strictes que celles imposées par la province en ce qui concerne la vaccination pour les sports chez les jeunes.

Or, certains exploitants affirment que ce changement soudain a injustement exclu de jeunes participants.

La politique de la province concernant la vaccination dans les salles d’entraînement et d’autres installations intérieures, qui est entrée en vigueur le mois dernier, exempte les personnes de moins de 18 ans qui y entrent pour participer à des sports organisés.

Mais la semaine dernière, les services de santé couvrant le comté de Windsor-Essex et la région de York ont annoncé leur intention de révoquer cette exemption d'ici quelques jours.

Selon ces bureaux de santé, les contacts étroits et prolongés et l'absence de masques pendant les sports en salle augmentent la probabilité de transmission de la COVID-19.

Selon le médecin hygiéniste de la région de Windsor-Essex, la quatrième vague est significative dans la région. De plus, le taux de vaccination chez les jeunes est faible dans sa région, dit-il.

De son côté, la région de York a souligné des éclosions liées à des tournois de basketball au cours de la dernière année. De plus, des projections de modélisation démontrent que la région pourrait connaître 430 cas quotidiens d'ici décembre et un taux d'infection près de 10 fois plus élevé chez les jeunes non vaccinés.

Exiger qu'un plus grand nombre de groupes soient protégés par la vaccination [contre la] COVID-19 contribuera à réduire ce risque tout en maintenant les possibilités de pratiquer un sport, a écrit le bureau de santé dans une déclaration du 29 septembre, précisant qu'il prévoit de mettre l'accent sur l'éducation dans les premiers jours des règles.

D'autres bureaux de santé suivent l'exemple.

Le bureau de santé publique de Huron Perth, le bureau de santé de Middlesex-London et le bureau de santé publique de Southwestern ont annoncé conjointement mercredi qu'ils exigeraient la vaccination pour tous les participants à des activités sportives pour les jeunes âgés de 12 ans et plus à compter du 31 octobre.

À Windsor et dans la région de York, cependant, les exploitants et les parents ont eu moins d'une semaine pour se conformer aux nouvelles règles, qui sont maintenant en vigueur. Cette rapidité d'exécution a suscité des inquiétudes, car même ceux qui veulent se faire vacciner pour continuer à participer ne peuvent pas le faire.

Tom Carter et Lee Newman possèdent et gèrent une école de danse à Stouffville, en Ontario, et ont organisé un groupe de défense des intérêts d'autres studios de danse pendant la pandémie.

Le couple a déclaré que l'absence de délai de grâce pour permettre aux gens de commencer leur cycle de vaccination est injuste, et a fait valoir que cela pourrait signifier que la politique a l'effet inverse de celui escompté.

Si l'idée de la santé publique est d'inciter les parents et les adolescents à se faire vacciner, nous y sommes favorables, mais en ne leur accordant pas de délai de grâce, ils perdent l'occasion de participer immédiatement, a déclaré Mme Carter par téléphone.

Aucune incitation n'existe pour qu'ils se lancent dans le processus.

L'Académie de musique et de danse de Stouffville a immédiatement perdu une partie de ses clients, selon le couple.

Ils craignent également qu'un fardeau plus lourd soit imposé aux entreprises pour qu'elles mettent immédiatement en œuvre les règles.

Une ligue de hockey de Windsor, en Ontario, a lancé une pétition demandant au maire et au service de santé publique de modifier les règles parce que l'Association de hockey mineur de l'Ontario avait déjà fixé au 31 octobre la date limite pour la vaccination des participants.

L'association de hockey mineur de Windsor a déclaré que la règle de vaccination régionale exclut les participants qui avaient déjà prévu de se faire vacciner à une date différente.

Nous voulons que ce mandat soit annulé et remplacé par un mandat qui n'affecterait pas les personnes qui se conforment aux règles, peut-on lire dans la pétition en ligne.

Accordez une prolongation à ceux qui se conforment mais qui ne pourront pas faire vacciner leurs enfants, ou eux-mêmes, avant la date limite du 31 octobre.

Avec des informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !