•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pneus d’hiver risquent d’être plus chers et plus difficiles à trouver cette année

pneu sur une voiture avec neige dessus

Les commerçants conseillent aux gens d'acheter leurs pneus d'hiver dès que possible, car il pourrait y avoir des pénuries plus tard dans la saison.

Photo : Gian-Paolo Mendoza/Radio-Canada

Si vous avez besoin de pneus d’hiver cette année, pensez-y tout de suite et attendez-vous à les payer plus cher, préviennent des commerçants. La pandémie a perturbé l’approvisionnement et fait bondir les coûts de transports de ces produits.

Jama Osman, propriétaire de Osman Tires and Services à Edmonton, ne cache pas son désarroi.

Comment vais-je expliquer à un client qu’il devra payer 800 $ cette année pour les mêmes pneus qu’il a achetés à 500 $ il y a deux ou trois ans ?, se demande-t-il. Certains ne pourront pas se le permettre.

Il a beau appeler un distributeur après l’autre, plusieurs modèles et marques de pneus sont indisponibles. Ceux qui restent coûtent plus cher que d’habitude.

Les distributeurs lui disent que c’est parce que les coûts pour faire venir les produits ont bondi.

Et en conséquence, moi je n’ai que 40 % de l’inventaire que je voudrais, parce que c’est hors de mon budget , explique-t-il.

Il s’attend à manquer de pneus d’hiver d'ici le mois de janvier.

« Préparez-vous pour l’hiver et économisez pour ça, c’est tout ce que je peux dire.  »

— Une citation de  Jama Osman, propriétaire de Osman Tires and Services

Michel Sands, propriétaire d’un garage Fountain Tire dans le centre-ville d’Edmonton, dit que sa compagnie a suffisamment de pneus en stock pour l’instant, mais que ça risque de ne pas durer.

Elle pourrait en manquer dès la mi-novembre.

On recommande certainement d’essayer d’acheter vos pneus plus tôt que tard, car il y aura des problèmes de pénurie plus tard dans la saison, avertit-il.

Le transport par bateau au ralenti

Toute la chaîne d’approvisionnement a été bouleversée par la COVID-19, explique Rod Lough, directeur du distributeur de pneus North Country Tires.

Sa compagnie achète des pneus en provenance de partout dans le monde.

Normalement, lorsqu’elle passe une commande, les pneus sont fabriqués, envoyés par bateau jusqu’aux ports britanno-colombiens et livrés par train jusqu’aux entrepôts en moins de 90 jours.

Maintenant ça prend plus de six mois, dit-il.

Rod Lough croit que les manufacturiers tentent encore de rattraper le retard qu’ils ont accumulé au plus fort de la pandémie, quand les usines qui n’étaient pas fermées roulaient au ralenti.

Mais surtout, il semble y avoir un goulot d’étranglement au niveau du transport maritime.

C’est en partie parce que de grands ports commerciaux en Asie manquent de personnel pour charger et décharger les conteneurs, mais même les livraisons en provenance des États-Unis et de l’Europe sont touchées, dit Rod Lough.

Partout dans le monde [...], les lignes de transport sont à capacité : c’est ce qu’on nous dit, explique-t-il.

Il semble que les conteneurs eux-mêmes sont en train de manquer.

Leur prix a d’ailleurs explosé.

Rod Lough dit que faire venir un conteneur de pneus par bateau en automne coûte habituellement 6 000 $ US.

En ce moment, c’est entre 20 000 $ US et 30 000 $ US.

Il ne croit pas que le problème se réglera avant un, voire deux ans.

Les commerçants conseillent aux clients d’acheter leurs pneus d’hiver dès que possible.

Avec des informations de Travis McEwan

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !