•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Académie Rivier : préoccupée par la lenteur, la SCFPA envoie une lettre à Scott Moe

L'Académie Rivier vue de l'autre côté de la rue.

La SCFPA espérait une communication avec le gouvernement d’ici septembre dernier, mais selon l’organisme, aucune mise à jour du dossier n’a été effectuée. (archives)

Photo : Radio-Canada / Samuel Desbiens

Préoccupée par la lenteur des développements de la nouvelle Académie Rivier, la Société canadienne-française de Prince Albert (SCFPA) a demandé des actions concrètes au premier ministre Scott Moe.

Dans une lettre envoyée le 1er octobre, l’organisme fransaskois veut rappeler au gouvernement provincial les impacts négatifs des retards de ce projet sur la communauté francophone de Prince Albert et des régions avoisinantes.

Prince Albert aura perdu quatre ans

Selon la Société canadienne-française de Prince Albert, l’organisme a démontré la viabilité de convertir l’Académie Rivier en un centre scolaire communautaire axé sur les citoyens, en précisant que plusieurs organismes francophones de la Saskatchewan ont donné leur appui à ce projet.

La Société canadienne-française de Prince Albertespérait une communication avec le gouvernement d’ici septembre dernier, mais selon l’organisme, aucune mise à jour du dossier n’a été effectuée.

Ce qui est important maintenant [c’est] que le projet Rivier aille de l'avant. Si le gouvernement va dire non, on veut le savoir. La communauté attend depuis longtemps. Les gens ne sont pas capables de faire des plans pour leur futur. L'école Valois est inadéquate, les locaux de la Société canadienne-française de Prince Albertsont inadéquats, martèle la présidente de la Société canadienne-française de Prince Albert, Estelle Hjertaas.

La transformation de l'Académie Rivier en une école et en un centre communautaire axé sur les citoyens demeure la meilleure pour représenter les besoins de la communauté, selon la Société canadienne-française de Prince Albert .

Les gens à Prince Albert sauraient qu'il y a des francophones. Il y aurait de la visibilité. Ce n'est pas quelque chose qu'on a beaucoup comme francophone en Saskatchewan. Il y a tellement d'enjeux qui sont importants pour nous, mais pas juste pour nous à Prince Albert, mais pour les francophones de la province. Ça va être un centre où on peut être fier, ajoute Mme Hjertaas.

Parallèlement, la Société canadienne-française de Prince Albertaffirme que la communauté francophone de Prince Albert aura perdu quatre années consécutives si une décision n'est pas prise tout de suite.

La Société canadienne-française de Prince Albertdemande au gouvernement un engagement clair quant à l’avenir du dossier et le respect strict du protocole d’entente, en passant d’abord et avant tout par une annonce d’une nouvelle école communautaire à Prince Albert.

Appelée par Radio-Canada, l’Assemblée communautaire fransaskoise n’a pas voulu commenter davantage le dossier.

De son côté, le Conseil des écoles fransaskoises indique avoir récemment fait valoir au gouvernement l'importance d'effectuer une annonce.

Avec les informations de Katia St. Jean

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !