•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une conseillère municipale se dit discriminée en raison de son statut vaccinal

Le conseil municipal de Temiskaming Shores en réunion.

Il y avait un siège vide lors de la réunion du conseil municipal de Temiskaming Shores du 5 octobre, car une des conseillères devait y assister par vidéoconférence.

Photo : Ville de Temiskaming Shores

Radio-Canada

Patricia Hewitt, une conseillère municipale de Temiskaming Shores, affirme être stigmatisée, car elle refuse de divulguer si elle a été vaccinée contre la COVID-19.

Mme Hewitt était la seule conseillère qui n'était pas en personne autour de la table lors d’une réunion mardi soir, dans le cadre de la nouvelle politique de vaccination de cette municipalité du Nord de l'Ontario.

Je suis obligée d'assister à une réunion par Zoom principalement parce que je n'ai pas divulgué mon statut vaccinal, a-t-elle déclaré au conseil.

« Et j'ai vraiment l'impression d'être montrée du doigt et stigmatisée. »

— Une citation de  Patricia Hewitt, conseillère municipale de Temiskaming Shores

Lors de cette réunion, les élus ont voté pour exclure Mme Hewitt des comités auxquels elle siégeait, incluant ceux de la bibliothèque et du transport en commun.

Elle s'est dite  abasourdie  et a affirmé qu'il s'agissait d'une punition pour sa position sur les vaccinations. Je comprends que vous ayez le droit de prendre cette décision. J'espère juste que c'est dans l’intérêt public de le faire.

Un portrait de Patricia Hewitt

La conseillère municipale Patricia Hewitt.

Photo : Ville de Temiskaming Shores

Le maire de Temiskaming Shores, Carman Kidd, affirme toutefois que la décision de la retirer des comités est due à sa faible assiduité au cours des dernières années.

C'est la vraie raison pour laquelle vous ne serez pas nommés à l'un de ces comités à partir de ce soir. Cela n'a rien à voir avec votre statut vaccinal, a déclaré M. Kidd.

Le conseil municipal a d'ailleurs voté à l'unanimité hier soir pour permettre à Mme Hewitt de continuer à assister aux réunions, y compris aux séances à huis clos, grâce à la plateforme Zoom.

Je pense que c'est logique dans la période où nous vivons, a déclaré le conseiller municipal Doug Jelly. En toute justice pour la conseillère Hewitt, elle a été dûment élue par les habitants de la ville et elle a le droit de représenter les habitants de la ville.

Le conseiller municipal Danny Whalen était d'accord, mais a dit qu'il avait des inquiétudes quant à la confidentialité des discussions à huis clos du conseil après avoir parlé avec un citoyen qui connaissait les détails d'une récente réunion.

Je pense que nous avons un problème pour garder les séances à huis clos confidentielles, a-t-il dit.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !