•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montréal abolit les frais de retard à la bibliothèque

Un rayon de bibliothèque.

Après 32 jours de retard, le document est cependant considéré comme perdu et l'usager doit en payer la valeur. S'il est rapporté, la valeur du document sera remboursée à l'usager.

Photo : Radio-Canada / Marie-Jeanne Dubreuil

Radio-Canada

Dans toutes les bibliothèques du réseau de la Ville de Montréal, il est désormais possible de rapporter sans frais de retard les documents empruntés. Cet allègement élimine la barrière économique que ces frais représentent pour les plus vulnérables.

Dans un communiqué publié mercredi, la Ville de Montréal qualifie de geste fort cette décision prise de concert avec l'ensemble des arrondissements.

En vertu de la nouvelle règle envisagée cet été par l'administration montréalaise et qui vient d'entrer en vigueur, le dossier d'un abonné qui n'a pas remis un ou des documents au-delà de cinq jours de retard est bloqué. Toutefois, aucuns frais ne sont imputés à l'usager si ce dernier rapporte les documents.

Après 32 jours de retard, le document est déclaré perdu et l'usager doit en payer la valeur, ainsi que des frais d'administration de 5 $. Si le document est rapporté, la valeur de celui-ci ainsi que les frais d'administration sont remboursés à l'usager. Le règlement est ainsi fait pour s'assurer du retour des documents, tout en favorisant l'augmentation du taux de rétention des abonnés.

Le livre est déposé sur la roue d'un vélo couché sur l'asphalte.

Le mouvement nord-américain qui préconise l'abolition des frais de retard vise à maintenir l'accessibilité aux bibliothèques pour les plus vulnérables de la société.

Photo : Radio-Canada / Valérie Lessard

Avant la pandémie, des frais de 25 cents étaient facturés dès le premier jour de retard pour chaque document. Le dossier de l'usager pouvait être bloqué dès que l'amende atteignait 3 $ pour les adultes et 2 $ pour les enfants.

En 2019, les frais de retard payés dans tout le réseau des bibliothèques de Montréal se sont élevés à moins de 700 000 $. Ces revenus étaient versés dans les coffres des arrondissements.

La Ville affirme que des citoyens et des familles évitaient de fréquenter la bibliothèque en raison des frais de retard qu'ils avaient accumulés. L'abolition de ces frais vise à faire revenir ces abonnées et abonnés en bibliothèque, explique-t-on dans le communiqué.

Le réseau de la Ville de Montréal compte 45 bibliothèques réparties dans les 19 arrondissements de la métropole.

Cette abolition des frais de retard dans les bibliothèques s'inscrit dans le mouvement Fine Free Libraries (Bibliothèques sans amendes) qui a pris naissance il y a quelques années aux États-Unis.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !