•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet Montréal prend quelque 250 engagements en vue d’un second mandat

Valérie Plante marchant dans la rue.

La plateforme de Projet Montréal a été rédigée avec la contribution de « milliers de membres », affirme sa cheffe, Valérie Plante.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La formation politique de Valérie Plante a présenté mercredi après-midi une plateforme électorale pour le moins ambitieuse en vue des élections municipales. Le document de 24 pages, intitulé Une ville pour aujourd'hui et pour demain, regroupe pas moins de 250 engagements.

Les enjeux liés à l’habitation et à l’abordabilité du logement y sont dépeints comme une priorité pour Projet Montréal, qui espère obtenir un second mandat le 7 novembre.

La promesse de construire 60 000 logements abordables en 10 ans, dévoilée le 22 septembre, est considérée comme la promesse phare du parti cette année – l'équivalent de la fameuse « ligne rose », en 2017.

La transition écologique, le développement économique et l'habitation, je vous dirais que ce sont les trois grandes choses qui nous démarquent définitivement de nos opposants, a déclaré Mme Plante mercredi, qualifiant la démarche de son parti de sérieuse et rigoureuse.

Dans sa plateforme, Projet Montréal se félicite entre autres d'avoir fait adopter le Règlement pour une métropole mixte, mieux connue comme le « 20/20/20 »; d'avoir bonifié les programmes d'aide à l'accès à la propriété; et d'avoir développé 12 000 logements sociaux et abordables, même si ce nombre est contesté par ses adversaires.

« On a montré qu'on était capables de livrer la marchandise. »

— Une citation de  Valérie Plante, cheffe de Projet Montréal

La majorité des engagements formulés dans la nouvelle plateforme électorale de Projet Montréal étaient déjà connus ou prévisibles, comme le développement du Réseau express vélo (REV), l’accès gratuit au réseau de la STM aux aînés et la création d'un « véritable poumon vert dans l’est ».

Le document contient néanmoins quelques nouveautés. Le parti promet notamment de :

  • consacrer 60 millions de dollars aux budgets participatifs de la Ville de Montréal d'ici 2025;
  • instaurer le vote postal pour tous aux prochaines élections municipales;
  • adopter un nouveau Plan d’urbanisme et de mobilité;
  • lancer un grand sommet des chantiers dans les six premiers mois d’un second mandat;
  • implanter un programme de soutien à l’acquisition de vélos familiaux, électriques ou adaptés aux personnes avec un handicap;
  • bonifier le réseau des jardins communautaires;
  • instituer la gratuité des musées et des espaces culturels de la Ville pour les jeunes de 17 ans et moins.

Je trouve qu'on est vraiment sur notre X, a résumé Valérie Plante mercredi. Ce qu'on met de l'avant correspond non seulement aux besoins de la population montréalaise, mais aussi à ceux d'une ville mondiale qui se démarque pour l'attraction des talents.

En ce qui a trait à la sécurité – qui devrait être la « question de l'urne », selon le candidat à la mairie Denis Coderre –, Projet Montréal s'engage notamment à maintenir le financement du service de police et à doter tous les patrouilleurs de caméras d'intervention à partir de 2022.

Valérie Plante continuera également d'exiger des gouvernements supérieurs un meilleur contrôle du trafic d’armes [et] l’interdiction de la possession privée des armes d’assaut et de poing.

En environnement, la plateforme de Projet Montréal reprend plusieurs pans du Plan climat 2020-2030 de la Ville, présenté en décembre 2020. Le parti vise notamment une diminution des émissions de gaz à effet de serre de 55 % d'ici 2030 par rapport à 1990 et la carboneutralité d'ici 2050. Pour ce faire, 500 000 arbres seront plantés.

En matière de développement économique, la formation de Valérie Plante se donne 500 jours pour relancer Montréal, notamment en créant trois zones d’innovation métropolitaines dans l'est, dans l'ouest et dans le nord de la ville.

Le reportage de Mathieu Prost

Limiter les hausses de taxes à l’inflation

En ce qui a trait à la fiscalité, la mairesse sortante s'engage à ne pas augmenter les taxes municipales au-delà de l'indice des prix à la consommation. Elle espère toujours trouver d'autres sources de financement.

C'est sûr qu'il faut faire preuve de créativité et travailler avec les autres municipalités – mais également avec les autres ordres de gouvernement – concernant la fiscalité municipale, a-t-elle reconnu.

Il faut réfléchir... Quelles autres sources de revenus sont possibles? Comment est-ce qu'on se divise certaines responsabilités? Certains transferts donnés à la Ville de Montréal doivent-ils être revus et corrigés?

Cette promesse de ne pas augmenter les taxes au-delà de l'inflation a rassuré la candidate de Projet Montréal Dominique Ollivier, présentée comme la future présidente du comité exécutif en cas de victoire du parti le 7 novembre.

Je vous avoue que c'était presque une condition pour me joindre à l'équipe d'être sûre qu'on n'allait pas augmenter les taxes au-delà de l'inflation. Donc, on va conserver cette adéquation-là, a-t-elle admis lors de l'annonce de mercredi.

Notre couverture des élections municipales au Québec en 2021.

Projet Montréal est le second parti majeur à présenter sa plateforme depuis le début de la campagne électorale.

La formation de Denis Coderre, Ensemble Montréal, avait dévoilé un aperçu de la sienne le 27 septembre. Le document de 12 pages contenait une quarantaine d’engagements. D'autres suivront. En tout, le parti prévoit prendre quelque 350 engagements, a fait savoir son équipe mercredi soir.

Candidat à la mairie d'arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension pour Ensemble Montréal, Guillaume Lavoie accuse Projet Montréal d'avoir copié une partie des engagements de sa formation.

La création d'un conseil des aînés, le vote postal, le report des taxes pour les personnes âgées, les caméras portatives pour les policiers : toutes des choses contre lesquelles ils étaient! s'insurge celui qui avait perdu de peu la course à la direction de Projet Montréal au profit de Valérie Plante, en 2016.

« Je n'ai aucune confiance... Ce n'est pas une plateforme électorale, c'est un bulletin paroissial pour passer l'élection. Et ça, c'est un peu triste, je vous dirais. »

— Une citation de  Guillaume Lavoie, candidat d'Ensemble Montréal

Quant à Mouvement Montréal, le parti de Balarama Holness, il devrait bientôt dévoiler son nouveau programme découlant de la fusion annoncée la semaine dernière avec Ralliement pour Montréal, la formation de Marc-Antoine Desjardins.

La tâche s'annonce ardue, les deux entités ayant adopté dans les derniers mois des positions diamétralement opposées en ce qui concerne le financement du service de police et la prédominance de la langue française dans la métropole.

Aucun des trois partis n’a encore présenté de cadre financier électoral.

Avec la collaboration de Benoît Chapdelaine

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !