•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une occasion Unik de promouvoir le hockey féminin en Outaouais

Des joueuses de hockey s'affrontent pendant un match. Une équipe porte un uniforme blanc et vert et l'autre du rouge.

L'Unik du Collège Universel (en blanc et vert) a joué quelques matchs préparatoires contre les Diablos de Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

Quand Patrick Lacelle a pris la direction des sports au Collège Universel à Gatineau, il s’est demandé ce que l’établissement pourrait offrir de différent. Il a tout de suite pensé au hockey féminin.

Je voulais promouvoir le hockey féminin collégial avec les filles d’ici et leur donner le goût de rester en région pour jouer avec leurs amies, affirme celui qui gère des équipes dans trois disciplines au sein de l’établissement scolaire.

Un an après avoir lancé ce programme, le premier du genre en Outaouais, l’Unik joue finalement ses premières rencontres dans une ligue d’écoles préparatoires (Prep school) américaines et canadiennes. La pandémie a évidemment retardé la présentation des premiers matchs.

Je crois que la nouvelle équipe va nous aider avec le développement des joueuses. Le développement va être plus gros dans notre ligue et le calibre aussi. Je crois qu’en jouant au collégial, ça ouvre la possibilité aux autres filles de l’extérieur de venir jouer en Outaouais et de montrer qu’on est capable de se faire voir, affirme Jane McGuire, qui jouait au Cégep de Rimouski auparavant.

Une jeune femme est près de la patinoire après un entraînement de hockey. Des joueuses continuent de s'entraîner en arrière d'elle.

L'attaquante Jane McGuire est revenue chez elle, en Outaouais, pour s'aligner avec le Collègue Universel.

Photo : Jonathan Jobin

L’équipe voyagera beaucoup avec une saison sous forme de tournois contre des équipes de l’Ontario, du Nouveau-Brunswick et éventuellement, des États-Unis. Pour sa première année, la réussite du programme ne se comptera pas en nombre de victoires.

Il y a un désir de victoires, mais pour la première année, on va y aller avec les bases, puis essayer de performer plus et s’améliorer et prendre de l'expérience surtout, ajoute la grande attaquante.

On va mettre l’accent sur le développement, l’apprentissage et l’enseignement.

Une citation de :Patrick Lacelle, Collège Universel
Un homme est dans son bureau et regarde le photographe devant une affiche du RSEQ.

Le coordonnateur des sports et directeur du programme hockey du Collège Universel à Gatineau, Patrick Lacelle

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

L’objectif à moyen terme sera d’amener le plus d’étudiantes possible dans les programmes universitaires.

J’aimerais jouer universitaire et c’est beaucoup pour ça que je suis venue ici, dit Lycia Pelletier qui a quitté sa région du Bas-Saint-Laurent pour jouer en Outaouais. C’était un challenge pour moi. On va compétitionner, beaucoup se développer et s’améliorer.

Des modèles pour les jeunes filles

Personne ne peut douter de l’engagement des joueuses de l’Unik. Elles prennent l’autobus du secteur de Hull presque chaque matin, avant le lever du soleil, pour se rendre à l’aréna de Val-des-Monts pour l’entraînement.

On veut prouver qu’on est capables d’avoir une équipe féminine collégiale en Outaouais. L’image qu’on donne, c’est bon pour la prochaine génération. L’équipe va donner la possibilité aux joueuses qui veulent rester ici de le faire, précise Jane McGuire.

Des joueuses de hockey sont alignées sur la ligne bleue à la suite de l'interprétation des hymnes nationaux avant un match.

Les joueuses de l'Unik du Collège Universel (en blanc et vert) veulent prouver que le hockey féminin mérite plus d'attention.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

Les joueuses comptent sur ce nouveau programme pour leur donner une visibilité, parfois difficile à obtenir dans le sport féminin.

Ça commence à débloquer dans le hockey féminin, on a plus de visibilité. Je pense qu’en montrant ce qu’on est capables de faire, les conditions pour les filles vont s’améliorer, poursuit Lycia Pelletier.

Une jeune femme se trouve près de la patinoire après un entraînement.

Le Collège Universel a attiré des joueuses de l'extérieur de la région, comme l'attaquante Lycia Pelletier.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Jobin

Si les jeunes femmes relèvent le défi, leur route pourrait se poursuivre dans le hockey scolaire.

L’objectif avec nos filles, c’est vraiment de leur donner la meilleure visibilité possible pour les universités. Elles sont ici pour ça. On veut qu’elles puissent poursuivre leurs études dans les universités canadiennes ou américaines, rêve Patrick Lacelle.

L’Unik ne manque pas d’ambition. Mais le défi s’annonce quand même important. L’équipe n’a encore remporté aucune victoire en matchs préparatoires ou lors de sa première fin de semaine d'activité.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !