•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 et Action de grâce : ce que conseille la santé publique en Ontario

Un repas de l'Action de grâce.

Jusqu'à 25 personnes sont autorisées à se rassembler à l'intérieur, selon les directives provinciales actuelles. Si tout le monde est vacciné, le port du masque peut être omis, mais la prudence reste de mise si ce n'est pas le cas, affirme le médecin hygiéniste en chef de l'Ontario. (Archives)

Photo : iStock

Avec plus de 81 % des personnes admissibles complètement vaccinées en Ontario, les restrictions sanitaires sont plus lâches pour les rassemblements de l’Action de grâce que l’an dernier.

Jusqu’à 25 personnes sont autorisées à se réunir à l'intérieur. Mais l’Action de grâce est un événement souvent multigénérationnel, ce qui inclut les enfants de moins de 12 ans, qui sont exclus des critères pour obtenir un vaccin.

En tout et pour tout, 3,72 millions de personnes ne sont pas vaccinées dans la province.

La décision revient aux familles, dit la santé publique ontarienne

Cela signifie que ceux qui prévoient d'accueillir des invités chez eux pour le congé doivent planifier en conséquence, selon le Dr Kieran Moore, médecin hygiéniste en chef de l'Ontario.

Ce sont des décisions individuelles des familles et je suis sûr qu'il y aura des discussions actives dans la phase de planification, a-t-il noté lors d'une conférence de presse le 29 septembre.

Il est juste de poser la question : "Avez-vous été vacciné ou non?" à tous ceux avec qui vous pourriez vous réunir pour l’Action de grâce, a-t-il ajouté. S'il y a un mélange de personnes immunisées et non immunisées, je pense qu'un dépistage de base des symptômes et le port du masque seraient appropriés.

Masque optionnel si tout le monde est vacciné

En 2020, sans vaccination, l'Action de grâce avait été liée à une forte hausse des cas.

Cette année, les individus devront évaluer les risques compte tenu de leur situation personnelle.

Je m'inquiète quand c'est multigénérationnel, ou s'il y a quelqu'un qui est immunodéprimé, a poursuivi le médecin hygiéniste en chef.

En revanche, si tout le monde lors d'un rassemblement a reçu deux doses de vaccin, les participants peuvent abandonner le masque, a déclaré le Dr Moore.

Se concerter avant de faire des plans

Mieux vaut discuter en amont des rassemblements du congé, a souligné le spécialiste en santé publique Abdullah Shahipar au micro de la radio de CBC.

Il peut être facile de le confondre avec un désaccord politique, et les gens ne veulent pas rendre l’Action de grâce politique. Mais il est très important de se rappeler que ce n'est pas un problème politique. C'est une question de contrôle des infections, a-t-il déclaré.

Un seul membre de la famille non vacciné peut mettre un groupe de personnes en danger lors du rassemblement, surtout s'il y a des enfants ou des personnes âgées.

Une citation de :Abdullah Shahipar, chercheur en santé publique à l'Université Brown

Il recommande de parler directement avec les invités de leur statut vaccinal, soit par téléphone, soit en personne, préférablement dans un cadre extérieur. Les SMS et les courriels, selon lui, ne font généralement qu'empirer les choses.

Les gens ne devraient pas hésiter à déterminer des limites personnelles autour de ce qu'ils pensent être sécuritaire et de ce qui ne l'est pas en ce qui a trait à la COVID. Et si une autre personne a un problème avec ça, eh bien nous avons le droit de fixer nos limites personnelles et limites , a-t-il continué.

Plusieurs couches de sécurité

Pour la Dre Hsiu-Li Wang, médecin hygiéniste de la région de Waterloo, il s’agit d’additionner plusieurs couches de protection.

La vaccination est la couche la plus solide, selon la Dre Wang. La distanciation, le port du masque, le maintien de rassemblements de petite taille et, bien sûr, rester à la maison et se faire tester en cas de symptômes de la COVID-19 représentent d'autres barrières.

Plus nous ajoutons ces couches, plus cela nous protège, nous et nos proches, a-t-elle déclaré lors d'un point de presse vendredi.

Privilégier l’extérieur à l’intérieur

Si le temps est clément, l'extérieur l'emporte toujours sur l'intérieur lorsqu'il s'agit de limiter l'exposition potentielle à la COVID-19, a rappelé le Dr Moore.

Une dame masquée devant un étal de mini courges à un marché.

Passer du temps dehors permet de réduire les risques de transmission des virus, fait remarquer la santé publique.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Nous savons que l'air frais est plus sûr que d'aller à l'intérieur dans un espace confiné.

La Dre Eileen de Villa, médecin hygiéniste de Toronto, a recommandé que nous fassions encore preuve de prudence pendant l'Action de grâce.

Cela signifie garder ces rassemblements relativement petits, utiliser des masques autant que possible, profiter des espaces extérieurs et ouvrir autant que possible les fenêtres et les portes pour réduire la probabilité de tout type de transmission, a-t-elle déclaré.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !