•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ces jeunes écoguerriers nettoient les berges de Calgary pour sauver les océans

Des bénévoles ramassent des déchets près d'une rivière.

Le mouvement Keep The Earth Fresh ne fait que grandir depuis sa création en février.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Ramassez-vous les déchets que vous apercevez sur votre chemin, au coin de la rue ou dans les parcs? Si certains n'ont pas ce réflexe, d'autres sont là pour le faire en espérant montrer l’exemple. À Calgary, un groupe de jeunes bénévoles se retrouvent chaque semaine pour nettoyer les berges de la rivière Bow.

Armés de sacs poubelle noirs, de pinces et de gants, ils sont sept en ce vendredi soir. Ces étudiants et jeunes actifs se retrouvent près du pont de la Paix, dans le centre de Calgary.

Ils scrutent le sol et se fraient un chemin entre les arbustes, autour de la rivière, à la recherche du moindre déchet.

Les petits objets sont les plus durs à attraper, avoue Leiagh Hajji. Ce que je préfère, c’est nettoyer tout en explorant les recoins de Calgary.

Sa sœur, Angelina, activiste à l’initiative du projet Keep The Earth Fresh, vient de mettre la main sur du polystyrène. Cela s'émiette en petits morceaux qui restent présents longtemps dans l'écosystème, explique-t-elle, agenouillée près de l’eau.

Leiagh Hajji, chandail en coton molletonné en main.

Leiagh Hajji tient un vêtement trouvé près d'un buisson.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Plus de 50 sacs pleins

En février, cette étudiante en zoologie de 19 ans a décidé de se mettre à ramasser tous les déchets qu'elle voyait sur son chemin. Rapidement, des amis et des inconnus l'ont rejointe jusqu'à en faire un rendez-vous hebdomadaire qui rassemble une dizaine de personnes.

Nous avons déjà rempli entre 50 et 100 sacs poubelles depuis le début, estime Angelina Hajji. La plupart des déchets sont liés à la pandémie. Nous ramassons beaucoup de masques, de gants, de lingettes désinfectantes et de sacs plastiques.

Ce jour-là, ces écoguerriers se réjouissent de mettre la main sur le moindre sac plastique. Si nous ne les ramassons pas, ils finissent dans la rivière Bow, la baie d’Hudson, puis les océans.

Selon le Fonds mondial pour la nature, plus de 8 millions de tonnes de plastique finissent dans les océans chaque année. Une pollution qui cause la mort de plus de 100 000 animaux marins par an.

La responsabilité de chacun

L'environnement est l'affaire de tous, selon Ronny Maichle, âgé de 28 ans. Il participe à cette corvée militante pour la sixième fois.

J'espère qu'en nous voyant les gens vont aussi se mettre à ramasser des déchets. On veut montrer l'exemple pour sauver notre écosystème et protéger les animaux, dit-il.

Ronny Maichle nettoie les berges de Calgary, un sac de poubelle à la main.

Ronny Maichle estime que la Ville ne remplit pas sa mission pour protéger la nature avoisinante.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Mark Litzenberger, un ingénieur de 32 ans, a rencontré Angelina lors d’une manifestation. Depuis juillet, il ne manque pas une seule de ses séances de nettoyage.

C’est important d’être le changement que l’on veut voir dans le monde, estime-t-il. Quand notre environnement est propre, on a plus tendance à le garder propre.

À chaque sortie, les membres du groupe publient des photos sur Instagram pour montrer leur travail et inciter d'autres personnes à suivre le mouvement. Malgré leurs efforts, leurs sacs poubelles se remplissent chaque semaine.

C'est presque décourageant, mais nous continuons avec le sourire, dit Angelina Hajji. Notre écosystème est sous pression. Nous voulons le sauver.

La Ville se défend

Cette initiative montre-t-elle des lacunes de la part des pouvoirs publics dans le nettoyage de Calgary? Selon Angelina Hajji, la Ville devrait redoubler d’efforts pour assurer la propreté de la rivière.

Dans un communiqué, la Ville se dit satisfaite de voir des citoyens organiser ce type d’initiatives, mais assure que ses employés ramassent déchets et ordures plusieurs fois par jour près du pont de la Paix.

Une personne avec des gants de latex tient des déchets variés devant une rivière.

Les bénévoles trouvent aussi bien des chaussures que des roues de vélo.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Nos parcs et nos espaces verts sont plus populaires que jamais en raison de la COVID-19. Il est aussi important que le public fasse sa part, écrit la Ville.

Le ministère albertain de l'Environnement indique, quant à lui, qu'aucun rapport n'a été réalisé à ce jour sur l'impact des déchets sur la mortalité de la faune dans la province.

Changer les choses

Ce soir-là, les bénévoles du mouvement Keep The Earth Fresh continuent leur nettoyage jusqu'à la tombée de la nuit.

Ils ne se limitent pas aux artères fréquentées par les passants, mais s’aventurent également dans les buissons, près de l’eau où se trouvent des chaussures, des pantalons abandonnés ou des cannettes de bière vides.

Ces personnes dévouées continueront leur travail, et ce, même cet hiver, en espérant montrer l'exemple et améliorer les choses.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !