•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle peinture pour améliorer la consommation d’essence des bateaux

Quatre bateaux chargés de casiers de pêche se dirigent vers la sortie du havre.

Une entreprise néo-écossaise a développé un type de peinture de revêtement qui réduirait la consommation d'essence des bateaux de 20%.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Radio-Canada

Un nouveau type de peinture destiné au revêtement des coques de bateaux pourrait réduire leur consommation d’essence de 20 %, selon une étude commandée par Transport Canada. Ce produit innovateur a été développé en Nouvelle-Écosse et permettrait aussi de réduire de six ou sept décibels le bruit que font les navires sur l’eau.

C’est une entreprise de Dartmouth, Graphite Innovation Technologies, qui a développé cette peinture. Elle utilise du graphène pour fabriquer une peinture résistante, à faible coefficient de frottement et non toxique. Le président, Mo AlGermozi, affirme que ce nouveau produit est le plus durable sur le marché actuellement.

Ce type de peinture a été testé sur six bateaux de pêche au homard de Cape Islander en Nouvelle-Écosse, pendant 18 mois.

Une navigation plus efficace et silencieuse

L’étude de 2,4 millions de dollars, financée par Transport Canada, a permis de constater que cette nouvelle peinture réduisait la friction de l’eau avec le bateau, lui permettant de naviguer plus efficacement et plus silencieusement.

Transport Canada s’intéressait aux moyens de réduire le bruit dans l’eau des navires et leurs émissions de gaz à effet de serre.

Mo AlGermozi, président de l'entreprise néo-écossaise Graphite Innovation Technologies.

Mo AlGermozi, le président de l'entreprise Graphite Innovation Technologies, estime que les pêcheurs économiseront environ 70 $ par voyage en mer avec cette nouvelle sorte de peinture.

Photo : CBC / Robert Short

L'entreprise Graphite Innovation Technologies estime qu’il en coûtera environ 1000 $ aux pêcheurs pour peinturer leur bateau de pêche au homard. Un investissement rentable qui aura un impact direct sur la consommation d’essence, selon Mo AlGermozi.  [Les pêcheurs] économiseront environ 70 $ par voyage en mer , ajoute-t-il.

Vers un marché mondial

Même si l'Atlantique compte des milliers de bateaux de pêche côtiers, l'entreprise néo-écossaise désire se tourner vers le marché mondial de la marine marchande.

 Il peut y avoir au moins 50 000 navires commerciaux sur l’eau dans le monde en même temps , souligne Mo AlGermozi. Cela représente une importante consommation d’essence et beaucoup de bruit. Selon lui, un petit changement peut faire toute la différence et avoir un impact économique et environnemental significatif.

Des tests sur de plus gros navires seront faits en 2022.

Selon un reportage de Paul Withers de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !