•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections et référendums : pas de bureaux de vote sur les réserves autochtones

Une personne glisse un bulletin de vote dans une urne.

Plusieurs scrutins auront lieu en même temps le 18 octobre en Alberta.

Photo : Radio-Canada / Laurent Pirot

Le gouvernement albertain n’installera pas de bureaux de scrutin sur les réserves autochtones pour les multiples scrutins prévus en Alberta le 18 octobre prochain. Une situation que dénonce un leader autochtone.

Le gouvernement albertain a décrété que des élections sénatoriales et deux référendums auront lieu en même temps que les élections municipales albertaines prévues le 18 octobre. Or, sur les réserves, il n'y a pas d’élections municipales, puisque les membres des Premières Nations qui y habitent tiennent leurs propres élections de conseils de bande.

Pour cette raison, le gouvernement albertain a établi des partenariats avec 32 Premières Nations pour que leurs résidents se rendent dans une municipalité avoisinante pour voter aux élections sénatoriales et faire leur choix pour les deux référendums.

Pour les résidents des 19 autres Premières Nations, des bulletins de vote spéciaux seront livrés par courrier directement chez ceux qui en feront la demande.

Le ministère des Affaires municipales travaille avec celui des Relations avec les Autochtones pour développer une approche qui permette aux électeurs vivant sur les réserves des Premières Nations d’avoir l’occasion de voter, écrit le porte-parole du ministère des Affaires municipales, Greg Smith.

Les établissements Métis sont quant à eux obligés de mettre sur pied des bureaux de scrutin selon la loi albertaine, contrairement aux réserves autochtones.

Un leader autochtone dénonce le manque de bureaux de vote

Le président de la Société autochtone de la rafle des années 1960 de l'Alberta, Adam North Peigan, juge que les mesures mises en place par le gouvernement albertain ne sont pas suffisantes pour permettre aux Autochtones de voter en grand nombre.

Nous envoyer voter dans la communauté la plus proche est une barrière, car plusieurs communautés sont très isolées, particulièrement dans le nord de l’Alberta, explique-t-il. Il y a des difficultés à voyager, des problèmes de pauvreté, d’abordabilité du transport, de mauvaise santé et aussi du racisme dans les communautés avoisinantes.

Les problèmes de manque de littératie et de traduction causent aussi des problèmes pour le vote par la poste, selon lui. Adam North Peigan estime que pour ces raisons, jusqu'à 77 000 Autochtones de l'Alberta pourraient voir leur droit de vote bafoué.

« Il n’y a aucune raison pour laquelle le gouvernement albertain ne peut pas mettre en place des bureaux de scrutin dans chacune des 51 réserves autochtones. »

— Une citation de  Adam North Peigan, président, Société autochtone de la rafle des années 1960 de l'Alberta

Adam North Peigan croit que mettre sur pied des bureaux de vote sur les réserves serait un bon pas vers la réconciliation. Selon lui, le gouvernement Kenney refuse d’ériger ces bureaux de vote dans le but de faire des économies.

Le ministère des Affaires municipales a refusé d'indiquer pourquoi il n'ouvrait pas de bureaux de scrutin sur les réserves.

Les associations représentant les Premières Nations des traités no. 6, 7 et 8, ainsi que l’Assemblée des Premières Nations de l’Alberta ont décliné nos demandes d'entrevues ou n’y ont pas répondu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !