•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des municipalités de l’Est-du-Québec sans candidat à la mairie

Un électeur tient un bulletin à l'entrée de l'urne, dans un bureau de vote, le jour des élections.

Un électeur dépose son bulletin de vote dans une urne.

Photo : getty images/istockphoto / twinsterphoto

Radio-Canada

Alors que plusieurs maires ont été élus ou réélus sans opposition vendredi, des municipalités du Bas-Saint-Laurent et de la Côte-Nord n'ont toujours aucun candidat aux postes de maires pour les élections municipales du 7 novembre.

Vendredi était la date butoir pour poser sa candidature à la mairie et quelques municipalités n'ont tout simplement aucun candidat.

Au Bas-Saint-Laurent, c'est le cas des Méchins, de Saint-Éloi, de Saint-Épiphane et de Sainte-Hélène-de-Kamouraska.

Sur la Côte-Nord, deux municipalités sont toujours sans candidats, soit Pointe-Lebel et Blanc-Sablon.

Il n'est cependant pas trop tard de pouvoir poser une candidature pour le poste de maire de ces municipalités, selon Élections Québec. Les directeurs d'élection des municipalités ont 30 jours pour décider d'une nouvelle date d'élection, qui doit avoir lieu avant le 1er février 2022.

Un maire sortant doit donc rester en poste de façon temporaire, jusqu'à ce qu'un nouveau candidat soit élu.

La faute des réseaux sociaux?

L'absence de candidats au poste de maire à Pointe-Lebel s'expliquerait par le contexte difficile sur les réseaux sociaux, selon le directeur général de la Municipalité, Christian Matte.

Christian Matte sourit à la caméra.

Christian Matte, directeur général de Pointe-Lebel

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

Il soutient que plusieurs personnes sont venues chercher de l'information pour le poste de maire, sans toutefois faire le grand saut en raison notamment d’une inquiétude entourant le ton et les critiques envers les élus municipaux sur les réseaux sociaux.

Les réseaux sociaux font peur. La critique... les réseaux sociaux ne sont plus ce qu'ils étaient. Les gens se cachent en arrière d'un clavier, ils écrivent différentes choses, déplore M. Matte.

M. Matte dit avoir déjà décidé de la nouvelle date d'élections pour Pointe-Lebel. Elles auront lieu le 28 novembre.

Charge de travail et salaire

Le maire sortant de la municipalité des Méchins, Dominique Roy, estime que la somme de la charge de travail d'un maire d'une petite municipalité pourrait expliquer le manque de candidatures à la mairie des Méchins.

Celui-ci explique que les maires des petites municipalités ont souvent un autre emploi en parallèle, et qu'avec le contexte de la pénurie de main-d'œuvre, la charge de travail d'un maire en a peut-être freiné plus d'un à faire le saut en politique municipale.

« Être maire, ce n’est pas être maire à temps partiel. C'est toujours le jour, toute la journée, ça peut être les fins de semaine aussi, les soirs, ça prend beaucoup de temps. »

— Une citation de  Dominique Roy, maire sortant de la municipalité des Méchins

Le maire sortant ajoute que le salaire peut être un facteur à prendre en compte. Sa paie s'élève par exemple à 12 000 $, ce qui est insuffisant pour faire vivre une famille.

M. Roy s’engage à occuper le poste de maire de façon temporaire en attendant qu’un autre candidat soit élu.

D’après les informations de Zoé Bellehumeur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !