•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maskicom : le syndic toujours au travail, « mais les choses cheminent bien »

Un camion à l'effigie de Maskicom

Les quelque 3000 foyers qu’il reste à connecter à internet haute vitesse doivent prendre leur mal en patience.

Photo : Radio-Canada / Raphaël Poliquin

Radio-Canada

Deux mois après que Cooptel ait été appelée à prendre le relais de Maskicom pour maintenir un service internet haute vitesse pour 800 résidences de la MRC de Maskinongé, le plan de restructuration de l’organisme à but non lucratif n’est toujours pas complété. Des milliers de foyers sont dans l'attente d'être branchés.

Il y a comme un vide. Maskicom n’est pas à même de faire ces branchements-là compte tenu de sa situation financière. Cooptel est là pour maintenir les acquis en place. C’est difficile de faire de l’expansion de réseau quand vous n’avez pas les deux mains complètement sur le volant, a expliqué le syndic au dossier et associé au cabinet Lemieux Nolet, Martin Picard, en entrevue à l’émission En direct.

La cour a consenti un deuxième délai de 45 jours pour finaliser le plan de restructuration de Maskicom; une prolongation qui viendrait à échéance à la mi-novembre, a précisé M. Picard.

« Oui, c’est plate pour les gens de la région. Patientez encore un petit peu, la solution arrive. »

— Une citation de  Martin Picard, syndic et associé au cabinet Lemieux Nolet

Québec s’est fixé comme objectif le mois de septembre 2022 pour brancher tous les Québécois. Selon le syndic, la possibilité que les habitants de la MRC de Maskinongé aient accès à internet haute vitesse d’ici cette date est toujours plausible et dans les plans.

Martin Picard est confiant que les parties impliquées sont de bonne foi et que si tout va bien, le dossier pourrait être réglé avant la mi-novembre.

On ne connait jamais l’avenir totalement et on ne contrôle pas tout dans ces dossiers-là, mais les choses cheminent bien, a-t-il déclaré.

Maskicom, en difficultés financières, avait déposé un avis de proposition de restructuration à ses créanciers, en juillet dernier. Le gouvernement du Québec avait alors nommé Cooptel pour continuer d’offrir le service aux clients déjà branchés. Les quelque 3000 foyers qu’il reste à connecter doivent toutefois prendre leur mal en patience.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !