•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les résultats financiers se font attendre au Nouveau-Brunswick

Ernie Steeves.

Le ministre des Finances du Nouveau-Brunswick, Ernie Steeves, lors du dépôt de son budget en mars 2021 (archives).

Photo : Radio-Canada / Pascal Raiche-Nogue

Radio-Canada

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a retardé le dévoilement de ses résultats financiers du premier trimestre. L’opposition et le syndicat qui représente des milliers d’employés gouvernementaux voient ce report comme une tactique dans les négociations avec le Syndicat canadien de la fonction publique.

En mars, le gouvernement provincial prévoyait un déficit de 245 millions de dollars.

Contrairement à ses habitudes, le gouvernement provincial n'a pas dévoilé les résultats du premier trimestre avant la fin du mois de septembre.

Une conférence de presse qui devait avoir lieu au début septembre a été annulée. Le gouvernement affirme que le dévoilement des résultats financiers aura plutôt lieu le 13 octobre.

Un déficit moins important que prévu?

Richard Saillant.

L'économiste Richard Saillant (archives)

Photo : Radio-Canada

L’économiste Richard Saillant croit que le bilan financier de la province sera meilleur que le laissaient entendre les dernières prévisions.

Il souligne que, peu de temps après l'estimation émise en mars, le gouvernement fédéral a remis des fonds aux provinces pour lutter contre la pandémie de COVID-19.

Richard Saillant évoque aussi une certaine reprise économique qui n'avait pas été envisagée dans les estimations de mars.

Il croit que Fredericton manque à son devoir de transparence.

Une tactique de négociations?

Roger Melanson, par webcam, le 2 février 2021.

Le chef de l'opposition, Roger Melanson (archives).

Photo : Radio-Canada

Pour le chef l'opposition officielle du Nouveau-Brunswick, Roger Melanson, il ne fait pas de doute que les négociations en cours avec plusieurs sections du Syndicat canadien de la fonction publique expliquent ces délais inhabituels.

Roger Melanson va même jusqu'à dire qu'il ne voit pas d'autres explications logiques.

Je ne souhaite pas que le gouvernement veuille manipuler les chiffres pour démontrer que la situation financière est moins bonne qu'elle ne l'est réellement pour négocier des conventions collectives à la baisse , dit-il en entrevue.

J’apporte mon interprétation, pourquoi est-ce que le gouvernement est silencieux, pourquoi est-ce qu’il ne s’explique pas , ajoute Roger Melanson.

Simon Ouellette, par webcam, le 16 mars 2021.

Simon Ouellette, porte-parole du SCFP au Nouveau-Brunswick (archives).

Photo : Radio-Canada

Un porte-parole du SCFP penche lui aussi en ce sens.

Dix sections locales n'ont pas réussi à s'étendre avec le gouvernement sur de nouvelles conventions collectives. Elles auront complété leurs votes de grève mardi.

Quand on veut faire de l'austérité, quand on veut comprimer les salaires, ça nous arrange comme gouvernement d'avoir des mauvais chiffres. Mais, quand on a des bons chiffres et qu'on veut encore maintenir les salaires sous la barre de l'inflation, et bien, il n’y a pas de place pour ça , explique Simon Ouellette, du SCFP au Nouveau-Brunswick.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick assure qu’il fera le point sur les résultats du premier trimestre et sur les états financiers vérifiés pour 2020-2021, lors d’une conférence de presse le 13 octobre.

Avec des informations de Frederic Cammarano

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !